Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : mise en oeuvre d’un plan pour la création de 30% d’emplois dans l’agriculture d’ici 2025

En Afrique, l’agriculture représente en moyenne 15% du PIB des pays. Cependant, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que 124 millions de personnes dans 51 pays du continent connaissent des niveaux élevés d’insécurité alimentaire. L’Union africaine a élaboré son Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine qui met en avant la création d’ opportunités d’emploi pour au moins 30% de la jeunesse dans les chaînes de valeur agricole. Sur le terrain par contre, dans les pays, les jeunes hésitent à se lancer dans l’agriculture afin de jouer un rôle dans la sécurité alimentaire.

D’ici 2050, l’Afrique subsaharienne abritera un tiers des jeunes du monde. Une véritable main-d’œuvre qui peine pourtant à s’engager dans l’agriculture afin de jouer un rôle clé dans l’alimentation et la sécurité alimentaire. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que 124 millions de personnes dans 51 pays du continent connaissent des niveaux élevés d’insécurité alimentaire. Pourtant dans certains pays comme au Kenya, la moyenne d’âge des agriculteurs se situe autour de 61 ans.

“Les gens jugent très sévèrement l’agriculture. Donc, j’aimerai que les gens voient l’agriculture comme toutes les autres activités et en la pratiquant avant tout autant de sérieux”

Wangari KURIA, Entrepreneur agricole

En Afrique les jeunes représentent 60% de la population au chômage. De l’avis des experts, la réduction de la pauvreté ne sera soutenue que par l’inclusion des jeunes dans le secteur agricole. A cet effet, l’Union africaine a élaboré son Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine (PDDAA). Il s’agit d’un mécanisme visant la transformation agricole du continent à l’horizon 2025 à travers la création d’ opportunités d’emploi pour au moins 30% de la jeunesse dans les chaînes de valeur agricoles.

“La faim continue d’augmenter en Afrique. En tant que dirigeants de ce continent, c’est le moment pour nous d’agir vraiment car nous ne pouvons pas permettre à notre peuple de mourir pendant que nous gardons le silence”

Josefa SACKO, Commissaire de l’Union Africaine en charge du Département de l’agriculture

D’ici trois ans, l’Union africaine envisage qu’au moins 30% des exploitations agricoles soient résilientes aux chocs, la rareté des intrants agricoles (semences et engrais) liés notamment à l’invasion russe en Ukraine ainsi que la dégradation des conditions climatiques. Seulement en 2021,  plus de 50 % des États membres de l’Union africaine ont connu une baisse de leur investissement dans le secteur agricole. Une réalité qui pourrait également justifier l’hésitation des jeunes à se lancer dans ce domaine.

“Lorsque nous parlons d’investissement, n’oublions pas les petits agriculteurs. Ce sont eux qui devraient faire les investissements. Les gouvernements ne vont pas résoudre tous les problèmes. Concentrons-nous donc sur les solutions. Et ces solutions ne sont pas forcément coûteuses. Elles peuvent être abordables.”

Abebe HAILE-GABRIEL, Représentant régional de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation  

En Afrique, l’agriculture représente en moyenne 15% du PIB des pays. Le secteur est de plus en plus engagé dans les pays, 86 % au Burundi, 80 % en Somalie, 76 % au Malawi, 70 % au Mozambique et 66 % en Éthiopie et au Zimbabwe. L’Union africaine a défini l’innovation comme un facteur important de développement de l’agriculture sur le continent. Les investissements privés dans les solutions numériques pour l’agriculture se sont élevés à 47 millions d’euros en 2018, selon des chiffres officiels.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com