Africa24 TV

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Chantal Mfoula Edjomo, la diplomate camerounaise qui œuvre pour l’électrification de l’Afrique centrale

Depuis son ascension au poste de Commissaire à l’Aménagement du territoire et Infrastructures de la Commission de la CEEAC le 30 juillet 2020, Marie Thérèse Chantal Mfoula Edjomo a fait du développement de l’électricité en Afrique un véritable challenge. Ministre Plénipotentiaire Hors Échelle, la diplomate camerounaise travaille à favoriser l’interconnexion d’électricité entre les Etats de la commission économique des Etats d’Afrique centrale.

Personnalité publique, notamment connue pour sa perspicacité dans l’analyse des questions diplomatiques, Marie Thérèse Chantal Mfoula Edjomo est au service des décideurs politiques de la sous région Afrique centrale pour créer les conditions les mieux appropriées à la construction d’un marché régional de l’électricité et des services connexes. Diplomate de carrière, elle a été portée au poste de Commissaire à l’Aménagement du Territoire et Infrastructures de la Commission de la CEEAC le 30 juillet 2020, lors de la  XVllème Session Ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement. 

“Le paradoxe pour cette sous région qui a un potentiel hydroélectrique important que ce soit le éolien ou l’hydroélectricité on constate un déficit. Très peu de population ont un accès à l’électricité”

Marie Thérèse Chantal Mfoula Edjomo, Commissaire à l’Aménagement du territoire à la CEEAC

Expert en négociations internationales sur les questions politiques économiques et de développement,  Marie Thérèse Chantal Mfoula Edjomo utilise son savoir faire pour favoriser l’interconnexion d’électricité entre les Etats de la Commission économique des Etats d’Afrique centrale. Environ 600 millions de personnes n’avaient pas accès à l’électricité sur le continent en 2022, dont 98 pour cent en Afrique subsaharienne selon le Centre d’études stratégiques et internationales.

“Les Etats, ont décidé en 2015 par une décision qui a été prise notamment la décision 73 qui préconisait qu’il y ait un prélèvement PEAC dans chaque pays et qu’on mette en place un fond de développement de l’électricité dans la sous région. Cela devra permettre non seulement d’assurer le fonctionnement de la PEAC, l’acquisition de la logistique des équipement mais également de ravitailler le fond qui permettait donc de réaliser les projets”

Marie Thérèse Chantal Mfoula Edjomo, Commissaire à l’Aménagement du territoire à la CEEAC

En 1983, Marie Thérèse Chantal Mfoula Edjomo obtient sa licence en Droit privé, en 1987 elle obtient sa Maîtrise en Relations Internationales de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC) et en 1990 termine son cycle académique après obtention d’un doctorat de 3ème Cycle en Relations Internationales.

“ Le secteur de l’énergie électrique est un secteur prioritaire d’intégration au sein de la ceeac, cela ressort du traité initial révisé et du plan de développement à moyen terme au niveau de la CEEAC par ce que l’électricité est un moteur de développement” 

Marie Thérèse Chantal Mfoula Edjomo, Commissaire à l’Aménagement du territoire à la CEEAC

Pour  Marie Thérèse Chantal Mfoula Edjomo, les décideurs politiques africains devraient faire de l’électricité un secteur prioritaire pour l’intégration régionale africaine pour fournir, aux industries et aux populations africaines, de l’électricité fiable, en quantité et à des prix abordables.

Agenda

Impossible de recevoir des informations à propos de ce blog en ce moment.

logo Africa24tv

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com