Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Expansion de l’initiative « feed the future » en réponse à la crise croissante de la sécurité alimentaire à l’échelle mondiale

U.S. Embassy in the Democratic Republic of the Congo

Lors du sommet des dirigeants du G7 en Allemagne, le président Biden a annoncé que les États-Unis allaient étendre l’initiative « Feed the Future » – une initiative du gouvernement des États-Unis visant à lutter contre la faim et l’insécurité alimentaire dans le monde – afin  d’inclure de nouveaux pays et d’intensifier les efforts en vue de s’attaquer directement aux répercussions des récents chocs sur la sécurité alimentaire et la nutrition à l’échelle mondiale et les atténuer.

Les pays qui souffrent déjà d’une aggravation de la pauvreté, de la faim et de la malnutrition à la suite de la pandémie de la COVID-19, des changements climatiques, d’une grave sécheresse dans la Corne de l’Afrique et des conflits persistants, sont maintenant confrontés à des souffrances supplémentaires en raison de l’invasion injustifiée de l’Ukraine par la Russie.

La crise actuelle impose une intensification de nos efforts à travers l’initiative « Feed the Future ». Le gouvernement des États-Unis annonce que « Feed the Future » sera étendu à huit nouveaux pays cibles : la République démocratique du Congo, le Liberia, Madagascar, le Malawi, le Mozambique, le Rwanda, la Tanzanie et la Zambie. Ces pays ont été sélectionnés en fonction d’une combinaison de taux d’insécurité alimentaire, de pauvreté et de malnutrition récurrentes, y compris les conséquences de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ainsi que de la possibilité – et de l’engagement de chaque gouvernement – de s’attaquer à ces problèmes profondément enracinés en partenariat avec nous. Dans ces pays, le gouvernement des États-Unis adopte une approche coordonnée de ses investissements et, de ce fait, ouvre la voie à d’autres ressources et investissements provenant d’autres acteurs, tels que le secteur privé, les donateurs et les gouvernements locaux.

Ainsi, la couverture mondiale de l’initiative « Feed the Future » passe de 12 à 20 pays cibles et correspond à l’engagement pris par le président Biden en septembre 2021 de consacrer 5 milliards de dollars américains sur cinq ans à la lutte contre la faim et la malnutrition dans le monde ainsi qu’à la mise en place de systèmes alimentaires durables et résilients. La programmation de l’initiative « Feed the Future » correspond au niveau des besoins de chaque pays et exploite le pouvoir de l’agriculture pour stimuler la croissance économique et transformer les systèmes alimentaires nationaux et régionaux.

Pour remédier à la crise mondiale de la sécurité alimentaire, « Feed the Future » se concentre sur quatre grandes lignes d’action : l’atténuation de la pénurie mondiale d’engrais, l’augmentation des investissements dans les capacités et la résilience agricoles, l’amortissement du choc macroéconomique et de son impact sur les populations pauvres, et le maintien d’un engagement politique mondial de haut niveau. Financé à hauteur de plus d’un milliard de dollars par an, « Feed the Future » dispose d’une expertise technique, de programmes et de partenaires dans plus de 35 pays qui sont mis à profit pour atténuer les effets de ce dernier choc mondial et s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté, de la faim et de la malnutrition.

En République démocratique du Congo (RDC), un nouveau pays cible de « Feed the Future », l’USAID s’appuie sur des programmes multisectoriels existants en redoublant les investissements de « Feed the Future » dans les zones où les besoins sont les plus importants, en mettant en œuvre le programme « Fall Armyworm (Chenille légionnaire d’automne) » et le programme « Controlling the Cassava Brown Streak Disease (Lutte contre la striure brune du manioc) ». Grâce à ces investissements, l’USAID travaillera avec 15.000 producteurs de manioc supplémentaires pour accroître la production de la farine de manioc de haute qualité afin de réduire la demande de farine de blé importée et de diversifier les opportunités de la chaîne de valeur. L’USAID élargit également son périmètre géographique pour travailler avec 350.000 agriculteurs supplémentaires afin de lutter contre la chenille légionnaire d’automne. Cela permettra de protéger les cultures de maïs et d’augmenter la production alimentaire en RDC, afin de répondre aux pénuries alimentaires et de réduire la dépendance aux importations alimentaires.

L’USAID reconnaît également le besoin crucial d’aborder la nutrition à travers les systèmes de santé et d’alimentation. Grâce à ses activités de santé, le Programme de santé intégré (PROSANI) et la Résilience de santé intégrée MOMENTUM, les ressources supplémentaires de « Feed the Future » permettront d’atteindre près de 640.000 enfants à haut risque dans cinq provinces à travers des activités de promotion, de protection et de soutien nutritionnels vitaux. Parmi ces enfants figurent ceux des communautés touchées par le conflit au Nord-Kivu, où les partenaires de l’USAID en matière de développement et d’aide humanitaire coordonnent étroitement leurs efforts. L’amélioration de ces efforts grâce aux investissements de « Feed the Future » renforcera la capacité de l’USAID à soutenir des programmes intégrés et gérés localement dans le domaine de la santé, la nutrition et les moyens de subsistance, de manière à renforcer la résilience des familles et des communautés, ainsi que des secteurs et des systèmes.

Distribué par APO Group pour U.S. Embassy in the Democratic Republic of the Congo.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com