Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Le Ghana déclare la toute première épidémie de la maladie à virus Marburg

WHO Regional Office for Africa

Le Ghana a annoncé la première épidémie de la maladie à virus Marburg dans le pays, après que le laboratoire d’un Centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ait confirmé des résultats antérieurs.

L’Institut Pasteur de Dakar, au Sénégal, a reçu des échantillons de chacun des deux patients de la région d’Ashanti au sud du Ghana – tous deux décédés et sans lien de parenté – qui présentaient des symptômes tels que la diarrhée, la fièvre, les nausées et les vomissements. Le laboratoire a confirmé les résultats du Noguchi Memorial Institute for Medical Research, qui avait indiqué que c’était la maladie à virus de Marburg. Le premier cas était un homme de 26 ans qui s’est présenté à l’hôpital le 26 juin 2022 et est décédé le 27 juin. Le second cas était un homme de 51 ans qui s’est présenté à l’hôpital le 28 juin et est décédé le même jour. Les deux cas ont été traités dans le même hôpital à quelques jours d’intervalle.

L’OMS a apporté son soutien à une équipe d’enquête nationale conjointe dans la région d’Ashanti ainsi qu’aux autorités sanitaires du Ghana en déployant des experts, en mettant à disposition des équipements de protection individuelle, en renforçant la surveillance de la maladie, en effectuant des tests, en recherchant les contacts et en travaillant avec les communautés pour les alerter et les éduquer sur les risques et les dangers de la maladie afin qu’elles collaborent avec les équipes d’intervention d’urgence. En plus, une équipe d’experts de l’OMS sera déployée dans les prochains jours pour assurer la coordination et évaluer les risques et les mesures de prévention de l’infection.

« Les autorités sanitaires ont réagi rapidement, prenant une longueur d’avance pour se préparer à une éventuelle épidémie. C’est une bonne chose car sans action immédiate et décisive, le Marburg peut facilement échapper à tout contrôle. L’OMS est sur le terrain pour soutenir les autorités sanitaires et, maintenant que l’épidémie est déclarée, nous mobilisons davantage de ressources pour la riposte », a déclaré la Dre Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Plus de 90 contacts, dont des travailleurs de la santé et des membres de la communauté, ont été identifiés et sont suivis.

La maladie à virus Marburg est une fièvre hémorragique virale hautement infectieuse de la même famille que la maladie à virus Ebola, plus connue. C’est seulement la deuxième fois que cette zoonose est détectée en Afrique de l’Ouest. La Guinée a confirmé un seul cas dans une épidémie qui a été déclarée terminée le 16 septembre 2021, cinq semaines après la détection du cas initial.

De précédentes flambées épidémiques et des cas sporadiques de Marburg en Afrique ont été signalés en Angola, en République démocratique du Congo, au Kenya, en Afrique du Sud et en Ouganda. L’OMS a contacté les pays voisins à haut risque qui sont en état d’alerte.

La maladie à virus Marburg est transmise aux humains par les chauves-souris frugivores et se propage parmi les humains par contact direct avec les fluides corporels des personnes infectées, les surfaces et les matériaux souillés. La maladie commence brusquement, avec une forte fièvre, des maux de tête sévères et des malaises. De nombreux patients développent des signes hémorragiques graves dans les sept jours. Les taux de létalité ont varié de 24 % à 88 % lors des épidémies précédentes, en fonction de la souche virale et de la prise en charge des cas.

Bien qu’il n’existe pas de vaccins ou de traitements antiviraux approuvés pour traiter le virus, les soins de soutien – réhydratation par des liquides oraux ou intraveineux – et le traitement des symptômes spécifiques, améliorent la survie. Une série de traitements potentiels, notamment des produits sanguins, des thérapies immunitaires et des traitements médicamenteux, sont en cours d’évaluation.

Distribué par APO Group pour WHO Regional Office for Africa.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com