Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Burkina Faso : un atelier national pour examiner les défis liés à la réhabilitation et la fermeture des sites miniers

Le secteur minier au Burkina Faso est un pilier essentiel de l’économie nationale. Dans la réglementation burkinabè, les opérateurs miniers doivent produire un Plan de réhabilitation et de fermeture de la mine (PRF) pour assurer une gestion responsable des sites. Les enjeux et les défis étaient au cœur d’un atelier national qui vise à examiner les défis liés à la réhabilitation et à la fermeture des sites miniers, à partager les meilleures pratiques nationales et internationales, et à définir des lignes directrices pour ces processus au Burkina Faso.

Le secteur des mines au Burkina Faso est considéré comme l’un des plus dynamiques de l’Afrique de l’Ouest. Le pays possède en effet, des ressources minières variées notamment l’or, le zinc, le cuivre, le manganèse, réparties sur l’ensemble du territoire, mais souvent mal exploitées. Des pratiques qui entravent la préservation de son patrimoine naturel. La fermeture et la réhabilitation des sites miniers, des enjeux essentiels enseignés aux différents acteurs de ce secteur afin de préserver l’environnement et de mieux gérer les impacts socio-environnementaux.

“Au regard des enjeux de cette activité, j’engage donc tous les acteurs ici présents à une pleine participation aux travaux qui devraient permettre, à terme, d’examiner les défis actuels liés à la réhabilitation et la fermeture des sites dans les secteurs miniers, de partager les meilleures pratiques nationales et internationales en matière de réhabilitation et les fermetures minières. De définir les grandes lignes directrices de réhabilitation et de fermeture de sites miniers au Burkina Faso.”

YACOUBA ZABRÉ GOUBA, Ministre de l’Énergie, des Mines et des CarrièresBurkina Faso

Le ministère de l’Énergie, des Mines et des Carrières (MEMC) entend examiner les défis liés à la réhabilitation et à la fermeture des sites miniers, partager les meilleures pratiques nationales et internationales, et définir des lignes directrices en vue de lancer ces processus au Burkina Faso. On enregistre déjà le renforcement des contrôles sur les sites miniers et la fermeture de plusieurs activités sur les mines clandestines.

“Le secteur des mines est l’un des secteurs les plus dynamiques aujourd’hui et depuis 2009, c’est l’un des secteurs qui apporte plus de revenus et de devises au pays. Donc, compte tenu de l’importance de ce secteur, il était normal que nous puissions implémenter un suivi contrôle et également assurer une gestion dans toute sa transparence dans l’industrie extractive.”

YACOUBA ZABRÉ GOUBA, Ministre de l’Énergie, des Mines et des CarrièresBurkina Faso

Le secteur minier est un véritable moteur économique au Burkina Faso. En 2023, Les recettes directes au budget de l’Etat s’élevaient à 529 milliards de FCFA, contre 540 milliards de FCFA en 2022 et 470 milliards de FCFA en 2021. En 2024, il devrait encore jouer un rôle essentiel dans la croissance économique du pays.

Agenda

Impossible de recevoir des informations à propos de ce blog en ce moment.

Bouton retour en haut de la page
logo Africa24tv

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com