Centrafrique : un cessez-le-feu dans un contexte critique

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

la Centrafrique est le théâtre d’une guerre civile depuis 2013. Afin de favoriser le processus de paix, le chef de l’Etat Faustin-Archange Touadéra a décrété un cessez-le-feu unilatéral le 15 octobre dernier. Une décision qui pourrait être remise en cause. La coalition rebelle “Coalition des patriotes pour le changement” a indiqué que les forces militaires n’ont pas observé ce cessez-le-feu.

En Centrafrique le cessez-le-feu serait-il menacé ? Lundi 17 octobre, la Coalition des patriotes pour le changement CPC, mouvement armé rebelle, a accusé les forces loyalistes d’avoir violé le cessez-le-feu unilatéral immédiat décrété par le chef de l’État Faustin Archange Touadera le 15 octobre 2021. A l’annonce de cette décision, la Coalition rebelle n’avait même pas précisé si elle s’engageait ou non à le respecter.

La coalition rebelle a indiqué que selon des sources locales et sécuritaires, certaines localités auraient été attaquées et pillées par les forces russes samedi 16 octobre. Par ailleurs, depuis fin février 2021, suite aux différentes opérations militaires, les forces loyalistes ont été notamment accusées de nombreuses arrestations arbitraires, de viols collectifs, de pillages, saccages et occupation de bâtiments publics entre autres, dont une partie imputée aux rebelles de la CPC.

Si des observateurs doutent encore de l’applicabilité du cessez-le-feu sur le terrain, la communauté internationale estime que la décision du président Archange Touadéra est l’aboutissement d’un long processus diplomatique. Le Chef de l’État centrafricain avait émis sa volonté de privilégier le dialogue dans le règlement de la crise qui secoue le pays, en décrétant un cessez-le-feu unilatéral immédiat.

NewsExpress

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com