Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

La Côte d’ivoire bénéficie de l’accompagnement de la FAO dans la mécanisation de la filière riz

Pour assurer son autosuffisance en matière de production rizicole, la Côte d’ivoire bénéficiera d’un appui technique de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture FAO en mécanisation  agricole.  La stratégie nationale mise en place par le pays pour atteindre son objectif consiste en une formation des acteurs de ce secteur, prenant en compte les données sur le plan international et les informations du terrain au plan local. Le pays revendique par ailleurs plus de 2 millions d’hectares de terres cultivables en riz et produit des variétés à haut rendement. 

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture FAO veut appuyer la mécanisation de la filière riz en Côte d’ivoire. A cet effet, des experts seront formés en décembre 2022 pour renforcer les capacités des acteurs locaux en vue de la mise en place d’une stratégie nationale. L’objectif final est d’impliquer la chaîne de valeur de la filière dans l’élaboration des enjeux pour une transformation industrielle de la production rizicole.    

“Déjà il faut noter que la Côte d’ivoire met en œuvre depuis 2012 une stratégie nationale de développement de la riziculture et cette stratégie avait pour objectif principal, de permettre à la Côte d’Ivoire de couvrir ses besoins nationaux en riz pour être un pays exportateur à l’horizon 2020. La mise en œuvre de cette stratégie a permis à la Côte d’Ivoire d’avoir des résultats assez probants et assez importants dans la filière et a également permis à la Côte d’Ivoire de mettre en place tous les fondamentaux pour le développement de sa filière.”

Brou Jérémie KOUADIO, Ingénieur agroéconomiste

Selon Yacouba Dembélé, chargé de la mécanisation à l’Agence pour le développement de la filière riz en Côte d’Ivoire (ADERIZ), la côte d’ivoire a « une mécanisation insuffisante et l’une des problématiques réside dans les opérations post récoltes, considéré comme un maillon faible du dispositif de mécanisation.

“Parce que déjà il faut noter que l’activité rizicole est une activité assez pénible et donc la réduction de la pénibilité du travail passe essentiellement par le développement de la mécanisation. Également la modernisation de la transformation structurelle de cette filière, passe également par la résolution d’un grand défi qu’est celui de la mécanisation. Au niveau même de la Côte d’Ivoire, il y a eu déjà le développement de l’initiative des petites et moyennes entreprises de promotion de services de mécanisation appelée communément PMEA. Donc cette initiative viendra encore renforcer les efforts de l’État de la Côte d’Ivoire pour permettre au pays de pouvoir être autosuffisant.”

Brou Jérémie KOUADIO, Ingénieur agroéconomiste

Notons qu’en Côte d’Ivoire, le besoin de consommation nationale est de 2 millions de tonnes de riz blanchi soit 84 Kg/habitant. Le pays produit en moyenne, 1 200 000 tonnes de riz blanchi par an équivalent à 60% de couverture fournie à 80% par le riz pluvial.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com