Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

L’Organisation des Premières dames d’Afrique œuvre pour la lutte contre le VIH et la promotion des femmes

L’Organisation des Premières dames d’Afrique pour le développement (OPDAD) est reconnue pour ses actions sur le continent. Les Premières dames d’Afrique ont réaffirmé leur engagement en faveur de l’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant et la fin de l’épidémie de sida d’ici 2030. A côté de l’éradication de cette maladie qui est sans doute leur plus grande bataille, il existe plusieurs autres causes au cœur de l’action de ces femmes de chefs d’Etat.

Promotion du genre, lutte contre les violences faites aux femmes, autonomisation des femmes, éducation, santé, sociale. Les causes au cœur de l’action des Premières dames africaines sont multiples, toutes sous-tendues par l’épanouissement des couches défavorisées. De la Première dame du Cameroun à celle du Burundi en passant par celle de la République démocratique du Congo, du Rwanda, du Ghana, du Nigéria et de la Côte d’Ivoire entre autres, chacune de ces personnalités, portées par sa fondation ou sa plateforme, va au secours des plus démunis. Dominique Ouattara en est un exemple. La première dame de Côte d’Ivoire est à l’initiative de plusieurs projets à travers Children of Africa.

Au titre des grands projets réalisés dans le domaine de la santé, je peux citer: la construction d’un hôpital mère-enfant de niveau international, avec un matériel de pointe, spécialement dédié aux mères et aux enfants, et qui rend d’énormes services aux populations. En effet, ¼ de nos patients y sont soignés gratuitement. Dans le secteur de l’éducation, notre dernière réalisation en date est la construction en 2020 d’un groupe scolaire d’excellence dans la commune d’Abobo, dédié à nos enfants défavorisés, qui peuvent ainsi recevoir une éducation de qualité dans un cadre adéquat. 

Dominique Ouattara, Première dame de la République de Côte d’IvoireFirst lady

La Fondation dénommée “Cri de cœur d’une mère”, fondée en 2016 par la Première dame centrafricaine Brigitte Touadera, s’est dotée de deux plans triennaux successifs. Un premier pour la période 2017 – 2019 et le second pour la période 2020 – 2022, qui a été élaboré conformément aux orientations du dernier plan stratégique de l’OPDAD, l’Organisation des Première dames d’Afrique pour le développement. Les principaux axes stratégiques qui ont sous-tendu la mise en œuvre de ces plans sont le renforcement du partenariat, le plaidoyer, la mobilisation des ressources, la communication. Des plans ralentis et même mis en échec par des contraintes financières, mais qui n’ont pu empêcher des activités à fort impact.

L’autonomisation d’une soixantaine de femmes infertiles victimes de stigmatisation et de discrimination, en collaboration avec le Bureau International du Travail et la Fondation Merck, un plan d’extention des actions en faveur des autres femmes infertiles du pays victimes de stigmatisation , sera mise en oeuvre à travers une cartographie qui est en cours de réalisation en partenariat avec le ministère de la Promotion du genre, de la Famille et la Protection de l’enfant.

Brigitte Touadera, Première dame de la République Centrafricaine

Le VIH Sida reste le champ d’action majeur des Premières dames africaines. Lors de son assemblée générale organisée à Addis Abeba, en Éthiopie, le 11 février, l’OPDAD a adopté son plan stratégique pour 2019-2023, qui décrit les principales thématiques sur lesquelles les Premières dames travailleront. Parmi celles-ci: la poursuite de l’objectif de réduction des nouvelles infections à VIH et de la mortalité due au Sida, les maladies non transmissibles, l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes et des jeunes, la santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile, la sécurité sociale et la protection sociale.

« L’ONUSIDA travaille main dans la main avec l’Organisation des Premières dames d’Afrique contre le VIH/sida depuis sa toute première réunion en 2002. J’ai eu le privilège d’être présent à l’époque et j’ai le privilège d’être encore avec vous aujourd’hui. Je vous invite toutes à rester engagées pour en finir avec le sida, car ensemble nous pouvons garantir un avenir meilleur à nos enfants et nos jeunes, et une génération sans sida »

Michel Sidibé, Envoyé spécial pour l’Agence africaine du médicament

Les Premières dames se sont engagées à poursuivre leurs travaux sur l’une de leurs campagnes phares, « Free to Shine », visant à mettre fin à l’épidémie de Sida chez les enfants, les adolescents et les jeunes et à maintenir leurs mères en bonne santé. À ce jour, la campagne a été lancée dans 15 pays d’Afrique, et plusieurs de ces pays l’ont intégrée dans leurs plans nationaux de lutte contre le VIH. 

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com