Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

L’Union Africaine recommande l’énergie nucléaire pour améliorer le système énergétique du continent

L’une des priorités de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine est l’accès à l’électricité pour tous. Pour faire face aux nombreux défis liés au changement climatique en Afrique, l’institution, par le biais de la Commission africaine de l’énergie nucléaire, recommande le nucléaire comme source énergétique sûre et mieux adaptée à l’environnement. La Commission prévoit plusieurs stratégies pour soutenir l’utilisation du nucléaire en Afrique.

L’une des priorités de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine est l’accès à l’électricité pour tous. 40 milliards de dollars par an sont nécessaires pour répondre aux besoins énergétiques de l’Afrique, selon la Commission économique pour l’Afrique. Les taux d’accès à l’électricité dans 24 pays du continent sont inférieurs à 50%. Face aux nombreux défis liés au changement climatique, les experts du domaine de l’énergie de l’Union Africaine recommandent le nucléaire comme source énergétique sûre et mieux adaptée à l’environnement.

“Sans énergie, il ne sera pas possible de réaliser pleinement les objectifs de l’Agenda 2063 de l’Union africaine. L’énergie nucléaire est intéressante pour l’Afrique en ce moment, non seulement pour l’Afrique mais pour le monde entier principalement en raison des enjeux climatiques et environnementaux. L’énergie nucléaire est une source d’énergie qui est bonne pour l’environnement. Il est décarboné, fiable et la nouvelle génération de réacteurs nucléaires est sûre et n’a pas les mêmes problèmes de prolifération que les centrales nucléaires traditionnelles. Ils sont également abordables, donc je pense qu’il est temps pour les pays africains de combler le déficit énergétique en Afrique où 80% des habitants sont toujours privés d’électricité et nous pouvons combler ce déficit en utilisant l’énergie nucléaire.”

Enobot Agboraw, Secrétaire exécutif de la Commission africaine de l’énergie nucléaire

600 millions d’Africains n’ont toujours pas accès à l’électricité et 900 millions n’ont pas accès à un combustible de cuisson propre. En Afrique de l’Ouest, une crise énergétique marquée par des délestages quotidiens a une incidence négative sur la perspective d’industrialisation de la région. Pour limiter les dégâts environnementaux, l’Union Africaine décourage l’utilisation des combustibles fossiles comme source énergétique.

“Les combustibles fossiles ne sont pas l’avenir de l’énergie. Le pétrole, le charbon et le gaz ne sont pas de bons choix à long terme en raison des enjeux environnementaux et climatiques. Bien que les énergies renouvelables aient leur place, je pense qu’elles devraient être soutenues par l’énergie nucléaire. L’énergie nucléaire va constituer le principal fournisseur d’énergie.”

Enobot Agboraw, Secrétaire exécutif de la Commission africaine de l’énergie nucléaire

D’après la Commission africaine de l’énergie nucléaire auprès de la Commission de l’Union Africaine, actuellement, un seul pays d’Afrique, à savoir, l’Afrique du Sud, dispose de centrales nucléaires. L’Égypte a entamé la construction d’une centrale nucléaire pour améliorer son mix énergétique. Plus d’une douzaine de pays ont déjà pris des mesures pour inclure l’énergie nucléaire dans leurs mix électriques. La Commission prévoit des stratégies pour soutenir l’utilisation du nucléaire comme source énergétique supplémentaire en Afrique.

“Ce que nous cherchons à faire en Afrique, c’est d’adopter une approche régionale où la Commission africaine de l’énergie nucléaire, AFCONE, disposera d’une masse critique d’expertise technique qui soutiendra l’énergie nucléaire à travers le continent. Dans les cinq à dix prochaines années, nous assisterons à une augmentation de l’utilisation de l’énergie nucléaire en Afrique.”

Enobot Agboraw, Secrétaire exécutif de la Commission africaine de l’énergie nucléaire

Selon la Banque africaine de développement, le taux d’accès à l’électricité en Afrique est passé de 42% en 2015 à 54% en 2019, soit une augmentation de 12%. En adoptant des solutions énergétiques, l’Union africaine encourage les États africains à recourir au nucléaire pour faire face à la crise énergétique sur le continent.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com