Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : hausse envisagée de la production agricole pour lutter contre la crise alimentaire

Alors que les prix de certaines denrées alimentaires ne cessent d’augmenter sur le marché en raison du conflit qui oppose la Russie à l’Ukraine, les autorités africaines analysent les perspectives pouvant permettre au continent de produire la totalité de ce qu’il consomme. Selon les statistiques du Centre du commerce international, les pays africains ont importé des produits agricoles d’une valeur de 4 milliards de dollars en provenance de la Russie en 2020. Le blé représentait 90 % de ces produits, et l’huile de tournesol 6 %. L’Ukraine a, quant à elle, exporté des produits agricoles d’une valeur globale de 2,9 milliards de dollars vers l’Afrique en 2020. Ainsi, ramener la production de ces aliments au niveau du continent devrait permettre aux pays africains de mieux lutter contre une éventuelle crise alimentaire.

Résoudre le problème du déficit alimentaire observé sur le continent africain, est le nouvel objectif que se sont fixés les pays africains, membres de l’Union Africaine. Un déficit aggravé selon des observateurs par la guerre en Ukraine. Les pays africains n’étant pas tous logés à la même enseigne, sont très dépendants des importations de denrées alimentaires issues des deux pays en guerre. Et une détérioration du   conflit russo-ukrainienne pourrait, de l’avis de certains experts, rendre la situation intenable pour plusieurs pays du continent.   

« Les citoyens n’ont plus d’accès à la nourriture, ceci entraîne la malnutrition. Nous avons des difficultés comme celle de la sécheresse, nous devons produire des semences qui résistent à la sécheresse et à cet effet, des recherches, des innovations et nouvelles technologies doivent être considéré comme l’une de nos priorite » 

Joséfa Sacko, Commissaire à l’Économie rurale et à l’agriculture à l’Union Africaine

D’après une récente étude du Policy Center for the New South, un think tank basé au Maroc,16 pays africains regroupent près de 40% de la population du continent, dépendent à hauteur de près de 56% du blé russe et ukrainien. Les plus forts taux de dépendance ont été enregistrés en Erythrée à 100%, en Somalie à 90%, aux Seychelles à 90%, en RDC a 85% et en Egypte 80%.

 » Nous sommes dans une position dans laquelle nous attirons l’attention des uns et des autres sur les effets du changement climatique sur nos populations. Nous avons à cet effet adressé dès plaidoyer afin que des fonds puisse être mis à notre disposition pour nous permettre de sauver des vies”

Joséfa Sacko, Commissaire à l’Économie rurale et à l’agriculture à l’Union Africaine

Outre le conflit Russo-Ukranien, les autres facteurs à l’origine du déficit alimentaire en Afrique sont les changements climatiques et les conflits observés dans certaines régions du continent qui empêchent les agriculteurs d’œuvrer normalement.

« Nous avons des initiatives tel que l’initiative d’adaptation agricole et l’adaptation agricole africaine, mais qui ne peuvent être implémenté en raison du manque de financement”

Joséfa Sacko, Commissaire à l’Économie rurale et à l’agriculture à l’Union africaine

Rappelons que la Russie et l’Ukraine jouent toutes deux un rôle central dans l’approvisionnement du monde en céréales et huiles de base, fournissant ensemble plus d’un tiers du blé et de l’orge, 52 % du maïs et plus de 50 % d’huile et des graines de tournesol.

Agenda

Cameroun : réduction de consommation d’énergie des industries au profit des ménages

Le ministère camerounais de l’Eau et de l’Énergie appelle les industries locales  à revoir leur consommation d’énergie électrique. La mise en place de cette action contribue à mieux desservir des ménages évitant des coupures d’électricité pendant CAN 2021. Cette décision fait suite au délestage rencontré dans plusieurs périphérique du pays ce 23 janvier 2022, pendant le match Nigeria-Tunisie.

Congo-Pénurie du ciment : la Sonocc annonce la reprise de sa production dès le 31 janvier

Afin de couvrir la demande nationale en ciment, la Société nouvelle des ciments du Congo (Sonocc) va relancer ses activités dès le 31 janvier 2022. En effet, la cimenterie est en arrêt d’activités car le téléphérique est en panne, et sous l’effet de la covid-19, la commande passée pour dépanner le téléphérique tardait à arriver. Rappelons que depuis mi 2021, seule la cimenterie Forspak fonctionnait  mais ne pouvait pas combler le besoin des populations. 

Afrique : le Nigéria et Sao Tomé renforcent leur collaboration en matière de défense

Les forces armées du Nigéria et de Sao Tomé-et-Principe se sont exprimées en faveur d’un engagement en matière de défense. La rencontre entre les deux chefs d’état-major de la Défense a porté sur le rôle des deux nations dans la sécurisation du golfe de Guinée.Il en ressort un engagement ferme à la résolution des  problèmes de piraterie et à d’autres formes de criminalité.

Tchad : le mouvement UFDD dément tout ralliement au CMT

En date du 24 janvier 2022, l’Union des forces pour la démocratie et le développement(UFDD) a démenti toute alliance avec le Conseil militaire de Transition(CMT). En effet, plusieurs orpailleurs se faisant passer pour des membres de l’UFDD essayent de se rallier au CMT.Cependant, l’UFDD dément cette information affirmant  que ce groupe ne fait pas parti de ses troupes. L’UFDD dit s’inscrire dans la logique du dialogue que les autorités de transition envisagent organiser. 

RD Congo : manifestation pour la levée de l’état de siège

Les nouvelles mesures prises par le gouvernement de la République démocratique du Congo ont amené les populations à manifester ce 24 janvier 2022 contre les forces de l’ordre exigeant la fin de l’état de siège. Malgré un important dispositif sécuritaire mis en place depuis le 23 janvier 2022, les artères de la ville de Beni vibrent au son des tirs et des gaz lacrymogènes.Les organisations de la société civile appellent à un « dialogue entre les manifestants et les autorités de la ville ».

Burkina Faso : le président Roch Kaboré Marc Christian a démissionné ce lundi 24 janvier 2022

Dans un document manuscrit publié par la télévision publique (RTB), le Président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré annonce sa démission « dans l’intérêt supérieur de la nation », après deux jours marqués par des mutineries dans plusieurs casernes du pays. « Par la présente, et dans l’intérêt supérieur de la nation, suite aux événements qui s’y déroulent depuis hier, j’ai décidé de déposer ma démission de mes fonctions de Président du Faso, chef du gouvernement, chef suprême des Forces armées nationales », lit-on dans la lettre publiée par la télévision nationale. Dirigée par Paul-Henri Sandaogo Damiba, le Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR) qui a revendiqué le coup d’Etat.

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com