Afrique : les chefs d’Etat de la CEMAC posent les axes de la relance post covid-19

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Confrontés à des crises multiformes, les pays de la CEMAC doivent poursuivre dans l’urgence la mise en œuvre des réformes structurelles adoptées dans le cadre de la PREF-CEMAC. Ces réformes ont été rappelées à l’occasion de la mise sur pied du plan de relance communautaire structuré en 2020. Ces préoccupations ont meublé les échanges du sommet tenu ce 18 août en mode virtuel sous la présidence du Président camerounais Paul Biya.

Les Etats membres de CEMAC réunis en session extraordinaire ce 18 août 2021 Félicitent les avancées enregistrées avec la mise en œuvre des réformes structurelles décidées dans le cadre de la première phase Programme des Réformes Économiques et Financières au sein de la CEMAC adoptés en 2016. Ils appellent à la poursuite d’une seconde phase qui s’imbrique dans le plan de relance communautaire de 2020. Au cours de la réunion virtuelle présidée par le chef de l’Etat camerounais Paul Biya, les leaders de cette région ont mis un accent sur les axes prioritaires qui devraient conduire à une véritable relance économique inclusive, créatrice d’emplois dans ces pays secoués par des crises sanitaires, sécuritaires, avec d’importantes implications sociales et économiques.

Dans les faits, toutes les mesures prises doivent se traduire par la diversification des économies, l’industrialisation, l’amélioration du climat des affaires, la lutte contre la corruption, l’intégration sous régionale. Pour ce dernier aspect, il est surtout question de réaliser les 11 projets intégrateurs qui ambitionnent d’interconnecter tous les pays CEMAC par voies routières, maritimes, et électroniques. Sur le plan social, la lutte contre la pandémie du covid 19 doit s’intensifier.

Les responsables des institutions internationales partenaires techniques et financiers des Pays CEMAC ont pris part à la rencontre alors que le renforcement de la coopération internationale est un volet majeur de mesures de relance économique.Une nouvelle génération de programme est de ce fait en négociation entre les pays membres de la CEMAC et le FMI, ceux-ci devraient se focaliser sur le capital humain. Sur le plan monétaire, l’un des enjeux tourne autour de la gestion optimale des ressources issues des Droits de Tirage Spéciaux.

NewsExpress

Agenda

Bouton retour en haut de la page
Feedback