Cameroun : les pharmaciens appellent l’Etat à assainir le secteur de vente des médicaments

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

L’Ordre National des Pharmaciens du Cameroun appelle l’Etat à assainir le secteur de vente des médicaments. En effet, les médicaments vendus en bordure de route prospèrent en raison de leur coût abordable. Dans les grandes villes comme dans l’arrière-pays, ces médicaments principalement importés de l’Inde, de la Chine et du Nigeria s’écoulent facilement. Selon l’Ordre national des pharmaciens du Cameroun, la commercialisation des médicaments représente la moitié du marché national.

Malgré les campagnes visant à sensibiliser les populations sur la consommation des médicaments dits de la rue, ce secteur d’activité se porte plutôt bien au Cameroun. Dans la ville de Douala, les points de vente de ces médicaments controversés augmentent au fur et à mesure que la ville grandit. Ces pharmacies de fortune gagnent du terrain plus vite que les pharmacies conventionnelles. Leurs cibles, ce sont les Camerounais à faible revenu, ne disposant pas d’assez de moyens pour se rendre en pharmacie.

Hors caméra, des clients expliquent qu’ils sont bien conscients des dangers que représente la consommation de ces médicaments. Des risques le plus souvent liés aux conditions de conservation de ces produits. Cependant l’argument financier pèse lourd sur la balance. Les médicaments vendus en pharmacie coûtent deux à trois fois plus cher que ceux vendus dans la rue.

Selon l’Ordre National des Pharmaciens du Cameroun, La prolifération de ce business met à mal le développement des officines pharmaceutiques sur le territoire national.

L’Ordre National des Pharmaciens du Cameroun estime que les ventes illicites de médicaments représentent environ 45% du marché mondial, et 50% des médicaments sont vendus illégalement au Cameroun.

NewsExpress

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com