Gabon : polémique autour du projet de loi sur l’éligibilité à la présidence

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le projet de loi visant à durcir les critères d’éligibilité à la présidence de la République, qui a été adopté par le gouvernement gabonais suscite les débats au sein de l’opposition. Dorénavant, pour être candidat à une présidentielle au Gabon, il faudra être résident sans discontinuité sur le territoire national au moins six mois chaque année.

Au terme du dernier Conseil des ministres qui a eu lieu à Libreville, le gouvernement gabonais a adopté un projet de loi visant à durcir les critères d’éligibilité à la présidence de la République. La nouvelle loi qui n’a pas encore été adoptée par le Parlement suscite déjà les débats. Selon l’article 2 dudit texte, désormais sont éligibles à la présidence de la République tous les Gabonais, jouissant de leurs droits civils et politiques et ayant résidé sans discontinuité sur le territoire national au moins six mois chaque année, au cours des deux dernières années précédant l’élection.

La nouvelle loi s’applique également aux Gabonais en poste dans les missions diplomatiques et dans les organisations internationales dont le Gabon est membre. Aussi, selon le texte, tout Gabonais bénéficiant d’une autre nationalité ayant exercé des responsabilités politiques ou administratives dans un autre Etat ne peut se porter candidat.

Ce projet de texte a pour mission selon l’opposition d’éliminer des potentiels adversaires à la présidentielle de 2023. Certains Gabonais ont indiqué sur les réseaux sociaux que cette disposition vise à écarter Omar Denis Junior, fils de l’ancien président Omar Bongo qui réside à Brazzaville au Congo.

NewsExpress

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com