Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

L’Afrique intensifie ses actions de lutte contre les effets néfastes du changement climatique

Les pays du monde entier ressentent les effets des changements climatiques, qui affectent leurs communautés. En Afrique, la migration induite par des événements à évolution lente tels que la sécheresse, la désertification, la déforestation, la pénurie d’eau, les inondations, a augmenté en fréquence et en gravité au cours des dernières décennies en raison des effets néfastes des changements climatiques. La 113e session du Conseil de l’organisation internationale des migrations (OIM), tenue du 29 novembre au 2 décembre 2022, a permis aux dirigeants africains de présenter la situation dans les États. 

Le continent africain est confronté à une crise humanitaire en raison des effets du changement climatique. Les impacts négatifs de ce fléau et les chocs apparentés se manifestent déjà en Afrique de l’Ouest, de l’Est et australe. Les sécheresses, la rareté de l’eau et la variabilité des pluies, par exemple, sont régulièrement très prononcées dans ces sous-régions. Au Nigeria, les effets du changement climatique sont frappants, notamment les fréquentes inondations massives, détruisant près de 300 000 hectares de terres arables et obligeant 3 millions de personnes à l’exil.   

“Les catastrophes liées au changement climatique ont causé des crises humanitaires dévastatrices au Nigeria cette année. La sécheresse et la désertification font rage dans les États près du lac Tchad. C’est un phénomène qui aggrave un certain nombre de conditions dans lesquelles se déroulent les activités de subsistance pour les populations de la région qui vivent essentiellement de la pêche et de l’agriculture. Par ailleurs, des inondations soudaines dans des zones côtières dans de nombreuses régions du pays ont poussé sur le chemin de l’exil à   trois millions de personnes, causé plus de 600 décès et endommagé plus de 300 000 hectares de terres arables, des infrastructures, des foyers…”

Sadiya Umar Farouq, Ministre Nigeria

Le Soudan fait également face à une intensification des tensions ethniques qui alimentent les flux migratoires, dans un contexte de forte croissance démographique faisant pression sur le foncier. Le changement climatique accroît ces tensions et donc les conflits, en augmentant davantage le nombre de déplacés internes.

“Au Soudan, nous percevons ces effets du changement climatique de manière très perceptible, nous sommes parmi les pays les plus affectés par les conséquences du changement climatique. Lors des dernières années, beaucoup de changements climatiques, entre des pluies torrentielles, des inondations dans certaines régions, des sécheresses dans d’autres. Ceci a poussé des milliers de personnes à quitter leur lieu d’origine  afin de trouver des moyens de subsistance dans une autre région ou penser à immigrer à l’extérieur du pays afin de trouver une vie digne. Ce déplacement a causé d’autre part des tensions entre populations de différentes ethnies; car il y a une concurrence sur la production limitée, production agricole ce qui a mené à un conflit de violences, des conflits armées, augmentant le nombre de déplacés notamment au Darfour et d’autres régions.”

 Daifallah Al-Haj Ali Osman, Sous-secrétaire du ministère des Affaires étrangères Soudan

Pour sa part, le Zimbabwe a mis en œuvre un plan d’action visant à aider les personnes déplacées en proie à l’insécurité alimentaire. Ceci, en réponse aux besoins immédiats des communautés touchées par les effets de changements climatiques,

Le Zimbabwe met des mesures visant à protéger les populations vulnérables à travers nos différents services sociaux face aux catastrophes  naturelles, nous faisons également les victimes en déplacement forcé qui se trouvent en situation irrégulière. En 2022 , 3,6 millions de personnes sont en proie à l’insécurité alimentaire et se voient octroyer une aide alimentaire au Zimbabwe en raison d’une crise alimentaire provoquée par les changements climatiques. Le gouvernement du Zimbabwe coopère avec le Programme alimentaire mondial ainsi que d’autres partenaires de développement pour aider sur le plan alimentaire des millions de personnes pendant la période de 2022-2023”

Paul Mavima, Ministre de la Fonction publique Zimbabwe


Avec 86 millions de réfugiés climatiques d’ici 2050, le continent africain pourrait devenir la région du monde la plus touchée par le changement climatique, selon le Groundswell Africa Report publié en octobre 2021.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com