Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Le président gabonais Ali Bongo porte la voix du continent sur les enjeux climatiques mondiaux

L’organisation, au Gabon, de la Semaine africaine du climat 2022, du 29 août au 02 septembre, a mis en lumière les réalisations du pays d’Afrique centrale en matière de préservation de la biodiversité ; mais aussi l’action de son président, Ali Bongo Ondimba, dans le domaine de la lutte contre les changements climatiques. Le chef d’Etat gabonais assure, pour le compte de l’Union africaine, la présidente du Comité des chefs d’État et de gouvernement africains sur le changement climatique (CAHOSCC) et la présidence de l’Initiative africaine d’adaptation.

Depuis son arrivée au pouvoir au Gabon en 2009, le président Ali Bongo Ondimba a placé la protection de l’environnement et la lutte contre les changements climatiques au cœur de ses priorités ; un engagement qui lui a valu d’être désigné par l’Union africaine, président du Comité des chefs d’État et de gouvernement africains sur le changement climatique (CAHOSCC) et Champion de l’Initiative africaine d’adaptation au climat (IAA).

“Mesdames, messieurs, comme vous le savez, les problématiques environnementales ont toujours été au cœur de mes réflexions, et j’ai décidé de les matérialiser dès 2009. En effet, dès mon accession à la magistrature suprême, le Gabon par ma voix a toujours pris une part active aux négociations sur le climat, et cela, dès la COP15 à Copenhague.”

Ali Bongo Ondimba, président de la République du Gabon

Lancée à Paris en 2015 lors de la 21e Conférence des parties à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21), l’Initiative africaine d’adaptation, que préside Ali Bongo, vise à renforcer l’action de l’Afrique en matière d’adaptation climatique. Elle œuvre à la définition et l’application de politiques nationales et régionales. L’action du gouvernement gabonais et de son chef d’Etat a conduit ONU Climat à choisir Libreville pour accueillir le gratin diplomatique à la Semaine africaine du climat 2022, tenue du 29 août au 02 septembre. Un événement à relier aux performances du Gabon en matière environnementale sous la présidence d’Ali Bongo.

“Aujourd’hui, près d’une décennie plus tard, nous pouvons et devons être fiers des résultats obtenus”
“Depuis Copenhague, le Gabon a absorbé de l’atmosphère plus d’un milliard de tonnes nettes de dioxyde de carbone. Aussi sommes-nous désormais considérés comme le pays le plus positif en matière de carbone au monde. Concrètement, le Gabon a déjà atteint l’objectif de neutralité carbone fixé par l’Accord de Paris”

Ali Bongo Ondimba, président de la République du Gabon

Selon les données officielles du ministère gabonais des Eaux, des Forêts, de la Mer et de l’Environnement, les forêts du Gabon, qui bénéficient d’une bonne politique de conservation, permettent de capter chaque année près de 100 millions de tonnes de carbone, l’équivalent d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre d’un pays comme la France. Un résultat à l’actif du président gabonais.

“Notre président qui est un des chefs d’Etat champions, il est déjà champion de l’Initiative africaine sur l’adaptation, c’est un chef d’Etat qui est présent à presque chaque COP, qui comprend que les changements climatiques risquent de déstabiliser tout le continent de l’Afrique. Ces changements climatiques peuvent provoquer des centaines de millions de réfugiés climatiques. Et c’est en tant que ministre de la Défense que le président a compris l’impact du changement climatique sur les questions de paix et de sécurité en Afrique. Donc, c’est facile d’être le ministre de l’Environnement au Gabon parce que le président de la République fait la moitié de mon travail et il structure les détails donc je suis soutenu.”

Lee White, ministre des Eaux, des Forêts, de la Mer et de l’Environnement au Gabon

Grâce à la préservation de ses forêts tropicales, le Gabon compte tirer parti des marchés du carbone. Ces marchés permettent aux entreprises de compenser leurs émissions de CO2 par l’achat de crédits carbone aux pays les moins pollueurs. D’après le ministère de l’Environnement, le Gabon a recensé 90 millions de tonnes de crédit carbone qu’il envisage de mettre sur le marché pour que ce pays obtienne la récompense des efforts de ces dernières années en matière de la préservation de la biodiversité.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com