Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Le Soudan du Sud souhaite intégrer la ZLECAf pour booster son économie

Pour stimuler sa croissance économique, le Soudan du Sud envisage profiter des avantages du marché commun qu’offre la ZLECAf, la Zone de libre-échange continentale africaine. Pays en crise depuis plus d’une décennie, le Soudan du Sud jouit d’un potentiel, dont la transformation devrait permettre de réduire la dépendance aux exportations.  

Le Soudan du Sud veut profiter de l’entrée en vigueur de la ZLECAf pour stimuler son économie. Malgré un riche potentiel, le pays demeure l’un des plus pauvres du continent, en étant classé 191e sur 191 sur l’Indice de développement humain 2022 du Programme des Nations Unies pour le développement. Le pays veut ratifier au plus vite l’accord  L’accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine, qui lui permettra d’améliorer ses échanges commerciaux.

Nous souhaitons faire partie de la ZLECAF, L’une des raisons étant que le Sud-Soudan est limitrophe de six pays africains dont la RDC, l’Ouganda, le Kenya, l’Éthiopie et le Soudan, mais nous ne sommes pas connectés. Pourtant nous avons tellement de ressources, de minéraux et de ressources naturelles au Sud-Soudan. Nous voulons les partager avec les pays africains pour qu’ils puissent en bénéficier, c’est ce qui m’intéresse. Car les ressources dont nous disposons sont énormes.

Kuol Athian Mawien, Ministre du Commerce – Soudan du Sud

Outre la ratification de l’accord de la ZLECAf, selon le ministre sud-soudanais, le développement des voies de communication est un facteur important qui devrait permettre d’augmenter les échanges avec les pays frontaliers, notamment le Soudan, l’Éthiopie, le Kenya, la République centrafricaine, la République démocratique du congo et l’Ouganda. La balance commerciale sud-soudanaise est déficitaire du fait de son extrême dépendance aux importations. En 2021, les importations ont atteint 9,24 milliards de dollars, en baisse de 6% par rapport à 2020.

Le problème des transports en Afrique est un grand défi, par voie aérienne et terrestre. Ce sont les choses qui manquent en Afrique. Si les pays africains sont reliés par voie aérienne et terrestre, et par des lignes ferroviaires, les choses seront très faciles et ils pourront interagir. Et c’est ce que nous voulons, toute l’Afrique doit interagir par la libre circulation entre nous, afin qu’ils puissent commercer facilement.

Kuol Athian Mawien, Ministre du Commerce – Soudan du Sud

Selon les perspectives de la Banque africaine de développement, le Soudan du Sud devrait connaître une croissance à 6,5 % en 2023 contre 5,3% en 2022 grâce à la hausse des recettes d’exportation de pétrole, de même qu’un excédent budgétaire de 9,5%. 

La Zone de libre-échange continentale africain, entrée en vigueur en janvier 2021, vise à créer un marché unique réunissant les 55 économies africaines. À ce jour, 44 pays africains ont déjà ratifié l’accord établissant ce marché unique. 

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com