Mali : le gouvernement de la transition adopte deux lois d’amnistie contre les putschistes

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Au Mali, le gouvernement de transition a adopté deux lois d’amnistie contre les responsables des putschs d’août 2020 et de celui de mai 2020. Cette décision selon certains observateurs est une porte d’entrée vers la réconciliation nationale et la sortie de crise.

Deux lois d’amnistie ont été adoptées par les autorités de transition au Mali. La première concerne le coup d’Etat d’août 2020 contre le président Ibrahim Boubacar Keita. La seconde loi concerne le coup de force de mai 2021 contre le président de la transition Bah N’daw. Cette décision tant attendue bloquait jusque-là l’ordre constitutionnel du pays. Aujourd’hui selon les experts, la mise en place de ces lois d’Amnistie ouvre la voie vers l’organisation des élections.

Dans le détail, les lois d’amnistie contre les putschistes précise que les auteurs d’actes d’insoumission, de complot militaire et de désertion ne peuvent être poursuivis par la justice malienne. Pourtant, dans l’article 121 de la Constitution malienne, le coup d’État ou le putsch est un crime imprescriptible contre le peuple malien. Pour les experts, ces actes d’impunités contribuent à fragiliser l’appareil judiciaire du Mali et sont de mauvais indicateurs pour la communauté internationale.

Ces nouvelles lois d’amnistie au Mali sont les troisièmes après celles de du coup d’Etat 1991, 2012. Selon les analystes, depuis 1960, l’Afrique a connu plus de 200 coups d’État, lesquels ont été favorisés par les climats d’impunité contre les putschistes. 

NewsExpress

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com