Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

African Union Journal – Interview : Bineta DIOP, Envoyée Spéciale de l’Union africaine pour les Femmes, la Paix et la Sécurité

African Union Journal : dans cette interview exclusive, Bineta DIOP, envoyée spéciale de l’Union Africaine pour les Femmes, la Paix et la Sécurité, s’exprime sur le rôle de la Femme dans le processus de développement de l’Afrique et sur le renforcement de la sécurité sur le continent.

1- Pouvez-vous nous parler de vous ? Votre parcours scolaire et professionnel. Votre carrière avant de travailler avec l’Union africaine ?

Merci. Je parle rarement de moi. J’ai toujours voulu parler des personnes que je connais et de celles qui travaillent pour l’Afrique. Je suis l’envoyée spéciale de l’Union africaine pour les Femmes, la Paix et la Sécurité. Je suis du Sénégal en Afrique de l’Ouest. Je suis panafricaniste. J’étudie tellement de choses et je conseille toujours aux jeunes filles de ne pas se lancer dans un seul domaine. J’ai étudié ce que vous faites aujourd’hui, la Communication, mais j’ai fait dans le Management, les Relations publiques et bien plus, car je veux savoir ce qui se passe dans le monde. Je suis une activiste avant tout. Je suis connu sur le terrain, j’ai créé une ONG dénommée “Femmes Africa Solidarité” et je me penche toujours sur les questions des femmes, les droits des femmes en particulier. Quand j’ai commencé à travailler étant jeune, j’ai fait mes débuts avec la Commission Internationale des Juristes basée à Genève, où nous travaillions sur des questions relatives aux droits de l’homme. J’ai fini par m’intéresser aux droits des femmes, mais quand on aborde les droits des femmes, on touche aux questions de paix et de sécurité des femmes. Donc en ce qui concerne qui je suis, je pense suivre les traces de ma mère qui était mon modèle, car c’était une femme africaine qui n’a jamais été scolarisée, mais qui était bien éduquée. Il ne s’agit donc pas seulement d’aller à l’école, mais d’avoir de l’expérience, de l’expertise et de vouloir changer le statu quo. Voilà qui je suis. Je suis né dans un petit village. Je suis une fille du village et je suis fière. Mon village est actuellement une grande ville.

2- Parlez-nous de votre vision sur le rôle des femmes sur le continent ?

Je pense que les femmes peuvent faire la différence. Il est évident qu’en ce moment, nous voyons des femmes africaines qui sont des scientifiques, des jeunes filles qui ont étudié les sciences nucléaires, celles qui aspirent même devenir astronaute et celles qui s’intéressent vraiment à la gestion des ressources dans les industries minières. Les femmes africaines font partie de la société mondiale et ont grandement contribué à sa construction. Mais permettez-moi de dire que ce n’est pas ainsi que la femme africaine est dépeinte. Nous sommes le plus souvent considérés comme étant pauvres. Bien sûr que nous sommes pauvres, mais il y a une autre perception de la femme africaine. Nous avons des femmes leaders africaines qui ont transformé la société. Il y en a tellement qui servent même dans les industries. Nous avons beaucoup d’entre eux qui sont des modèles donc pour moi, c’est une question de leadership. Il faut regarder la contribution des femmes africaines dans l’Agenda 2063, par exemple, mais aussi dans l’agenda de développement de l’Afrique. Ce que nous observons aujourd’hui, c’est l’émergence de jeunes femmes leaders dans tous les secteurs. Dans le secteur agricole, par exemple, j’observe dans la chaîne de valeur, des femmes leaders qui produisent et qui vendent sur les marchés. Ce sont des femmes dynamiques. Nous avons également vu des femmes qui sont dans la politique, elles sont parlementaires, et s’intéressent aux questions de finances. Nous ne sommes donc plus des femmes victimes de violence, mais maintenant, nous pouvons voir des femmes leaders et des leaders sur la table parce que lorsque les femmes dirigent, nous faisons une différence. Regardez le covid-19. Si nous devons fournir des preuves, nous pouvons les mettre sur la table et donner toutes sortes de preuves, car elles ont fait l’objet de recherches. Prenons juste le cas d’Angela Merkel, celle qui s’est véritablement impliquée dans la lutte contre le covid-19 et qui a montré qu’il faut être résilient et se soucier des populations. Il ne s’agissait pas seulement de questions de santé, mais cela a un impact sur le genre. La violence contre les femmes était très répandue, en Europe, en Amérique, donc le leadership des femmes peut compter énormément et je pense qu’on note une différence dans le monde entier lorsque les femmes dirigent.

3- Avec les récents coups d’État dans plusieurs pays africains, au Burkina Faso, au Soudan, en Guinée et au Mali, qu’en dites-vous des efforts visant la paix et la sécurité à travers le continent ?

Nous sommes réunis ici aujourd’hui et quand vous entrez dans la salle de conférence, la question du coup d’État est évoquée parce que le continent africain n’accepte jamais une prise de pouvoir antidémocratique et c’est une réalité. Nous avons deux architectures. Si vous le ramenez au peuple, ce sont deux politiques, deux engagements forts de nos chefs d’État à dire NON aux coups d’État. L’autre problème est que nous ne voulons pas que ce qui s’est passé, notamment la mauvaise gouvernance, se reproduise. L’architecture de la gouvernance en Afrique et l’architecture de la paix et de la sécurité en Afrique sont liées. Vous devez regarder ces pays en termes de bonne gouvernance, de démocratie et de droits de l’homme. Ce sont les valeurs fondamentales que l’Afrique en tant que continent partage, nos valeurs communes. Si ces cadres ne sont pas appliqués, quand vous allez dans certains pays, il y a trop de corruption et d’autres pays qui ont des ressources naturelles exportent notre matière première. Ce, alors que la population jeune n’a pas d’emploi, pas d’avenir, pas de vision. Les militaires prennent le pouvoir en disant qu’ils veulent transformer, mais cela serait-il possible s’ils ne combattent pas la cause profonde ? Parfois, nous disons que l’Afrique de l’Ouest est exempte de coups d’État, mais cette tendance refait surface. Nous devons travailler sur la cause profonde des coups d’État dans la région. Je pense qu’il s’agit de la mauvaise gouvernance, des violations des droits de l’homme, de la corruption et l’Afrique a mis en place des instruments pour lutter contre tout cela. Pour moi, concernant les coups d’État, il faut revenir à la racine pour mieux reconstruire les États. L’armée n’a pas à diriger le gouvernement. Si elle le fait, c’est dans le cadre de la transition, mais après elle doit repartir.

4- Quelles mesures peuvent être mises en place par les gouvernements africains pour renforcer la paix et la sécurité dans leurs pays respectifs ?

Nous avons mis en place, dans le cadre de l’Agenda 2063, ce que nous appelons “Faire taire les armes”. Pour moi, faire taire les armes n’est pas un concept physique ou virtuel consistant à brûler ces armes. Nous l’avons fait au Mali il y a quelques années. Nous devons travailler sur la résilience de notre communauté et sur le dialogue communautaire, en veillant à apporter la dimension humaine dans ces communautés. Quand je regarde le programme “Faire taire les armes”, parce que j’y ai été associé, qui regroupe toutes les parties prenantes, la responsabilité des gouvernements est d’assurer une bonne gouvernance. Le gouvernement doit amener la société civile sur la table, rassembler les femmes et les jeunes dans le cadre du programme de développement, de relance économique, la paix, la sécurité et la stabilité. Mais si vous laissez de côté, dans la construction de votre transformation, la majorité de votre population, hommes et femmes, vous verrez que personne ne poursuit ce programme. Donc, ce dont nous avons besoin, c’est de la mise en œuvre. En tant qu’envoyée spéciale pour les Femmes, la Paix et la Sécurité, dans le programme de “faire taire les armes”, nous avons beaucoup de politiques, par exemple, la résolution 1325 qui a été adoptée par le Conseil de Sécurité des Nations Unies à New York, mais aussi comme un instrument africain. Actuellement, nous avons environ 30 pays qui ont adopté cet instrument. Nous mettons également en place un mécanisme de responsabilisation pour dire, si vous adoptez une politique, assurez sa mise en œuvre. Il ne s’agit pas seulement de l’adopter, et de signer les papiers, ce qui se fait souvent au sein de l’Union africaine, nous aimons prendre des décisions. Au niveau des Nations Unies, il ne s’agit pas seulement de signer les papiers et de les garder. Non. Il s’agit aussi de la mise en œuvre. Donc, ce que nous recherchons au niveau des femmes, de la paix et de la sécurité, c’est la mise en œuvre. Que faites-vous pour protéger les femmes ? Avez-vous une loi ? Avez-vous des cliniques spécifiques ? Avez-vous un espace sûr où les femmes peuvent courir lorsque leurs droits sont violés ? Avez-vous des services médicaux pour répondre aux femmes ? Avez-vous un plan d’autonomisation économique des femmes ? C’est ce que vous devez examiner, au niveau national et au niveau communautaire. Vous avez la dimension humaine du développement qui sera une mesure préventive. Nous assistons aux coups d’État et à tout cela, parce que nous n’avons pas le système de santé, le système d’éducation adéquat et les populations ne bénéficient pas de nos propres ressources. Nous devons donc travailler sur la cause profonde. L’Union africaine doit mettre en œuvre une feuille de route pour faire taire les armes par la prévention, en allant du plus bas niveau au plus haut niveau.

5- Divers plans ont été adoptés pour assurer la paix et la sécurité en Afrique. Nous avons la signature d’accords de paix, la coopération militaire, l’initiation de dialogues politiques et bien d’autres. Malgré tous ces efforts, la stabilité du continent est toujours menacée par les attaques terroristes, notamment en Afrique de l’Ouest. Qu’est-ce qui ne va pas ?

Je ne veux pas mettre l’accent sur ces pays, car il y en a beaucoup d’autres qui s’en sortent très bien. Je prends l’exemple de mon pays, le Sénégal, non seulement parce que j’en suis originaire, mais parce que nous venons de tenir des élections. La population, y compris les femmes et les jeunes, est sortie et a dit qu’elle obtiendrait le pouvoir non pas par des balles, mais par des bulletins de vote. Ils ont dit « ma carte de vote compte et je sais à qui je ferais confiance ». Les élections ont été très pacifiques, les femmes ont dit à tous les partis, “nous voulons que vous preniez des décisions pour que dans votre parti, pas de promotion de la violence”. C’est un groupe de femmes où elles s’assoient, discutent et se mobilisent pour dire : “Plus de violence dans la rue”. Maintenant, vous voyez des pays qui deviennent démocratiques, ils ne changent pas la constitution pour rester au pouvoir, parce que c’est l’un des principaux problèmes. Nous devons juste respecter les droits des pays, mais aussi permettre aux populations de s’engager démocratiquement et faire en sorte que la voix du peuple compte. Pour nous, si nous observons le partage du pouvoir et des ressources, que les jeunes aient des emplois, que les femmes aient accès au financement, il y aura automatiquement la paix et le dialogue. Nous avons toujours des conflits, c’est la réalité. Il y aura toujours des conflits, mais le problème est de savoir comment s’assurer que lorsque de tels conflits éclatent, les populations se rassemblent, s’assoient et dialoguent. Ce n’est pas un côté qui a raison et l’autre qui a tort. Il s’agit d’amener les différends sur la table et les femmes doivent participer aux discussions. Si leur agenda n’est pas amené sur la table des discussions, cela échouera, car les hommes pourront s’entendre facilement sur la signature, mais les femmes entreront dans les détails. Dans leur agenda, elles diront, par exemple, dans les rues, il faut la lumière, à l’école, les enfants ont besoin de nourriture. Une fois qu’elles auront signé, elles veilleront à la mise en œuvre. Avec les hommes, tout ce que vous leur donnez, ils le signeront, mais le lendemain, ils ne l’appliqueront pas. C’est pourquoi nous devons évoquer la question du genre. Les hommes parleront du partage du pouvoir et les femmes aussi commenceront à parler du partage du pouvoir parce qu’elles seront sur la table des discussions. Lorsqu’elles sont là, le leadership fait la différence parce qu’elles présenteront leur agenda des femmes.

3- Comment le partenariat entre l’Union africaine, les Communautés économiques régionales, le Fonds pour la paix et les autres États membres a-t-il contribué au maintien de la paix et de la sécurité en Afrique?

Dans cette innovation de la réforme de l’Union africaine, ce qui me plaît beaucoup, c’est le Fonds pour la paix. J’ai visité la Somalie plusieurs fois, je pars en mission sur le terrain, et nos braves femmes et hommes maintiennent notre paix. Lorsque vous irez en Somalie, vous verrez les femmes de soldats vaincre le groupe terroriste Al-shabaab et dans d’autres endroits, Boko Haram. Mais nous devons financer notre paix avec le soutien de nos partenaires. Nous devons opérationnaliser notre Force en attente afin que nous ne nous contentions pas d’aller chercher de l’argent auprès d’autres donateurs. Nous devons être responsables de notre propre paix. Si nous ne gardons pas notre paix, personne ne le fera et nous l’avons vu par expérience. Nos soldats vont sur d’autres continents et vous les voyez faire un excellent travail. La majorité des soldats de la paix viennent d’Afrique, mais alors pourquoi ne pas le faire chez nous ? C’est une question de ressources, d’investir dans notre maintien de la paix. Donc, pour moi, si nous mobilisons nos ressources, je suis sûre que nous verrons un changement au Mali et dans d’autres endroits. J’ai visité le Mali plusieurs fois, j’ai visité la Somalie, je suis allée en RDC, tous ces endroits où nous devons garder la paix, et quand je dis garder la paix, ce n’est pas seulement l’absence de guerre. Il faut apporter la dimension humaine. La paix implique la façon dont vous voyez la population, comment vous la protégez et comment vous assurez que la sécurité alimentaire est prise en compte. Cette paix positive est ce dont nous avons besoin, pas seulement la paix négative et je pense que si nous avons les ressources nécessaires, nous apporterons cette paix positive sur la table. C’est sur ces questions que l’Afrique devrait discuter. Nous avons les ressources qu’il faut. Peut-être que nous les mettons simplement au mauvais endroit, mais nous en avons besoin pour construire des infrastructures. Nous avons également besoin de la dimension humaine pour parvenir à la paix durable, car la paix et la stabilité sont indispensables pour le développement. Je suis très heureuse que le Fonds pour la paix continue d’être une priorité pour l’Union africaine.

7- Comment un média comme AFRICA24 peut-il soutenir les missions de maintien de la paix à travers le continent ?

Quand je pars en mission de paix, j’aimerais, et c’est un défi, voir AFRICA24 sur le terrain, interviewer des femmes et parler aux jeunes. Parfois, je rencontre des extrémistes et des terroristes, mais c’est le côté négatif. Je ne souhaite pas qu’AFRICA24 montre ce côté négatif de l’Afrique à l’antenne parce qu’il y a une centaine d’autres questions positives sur l’Afrique que vous pouvez montrer. Les médias doivent donc changer ce récit de l’Afrique qui est pauvre et qui a toujours besoin d’aide. Nous nourrissons le monde, ne l’oubliez pas. Nos ressources, notamment issues des industries minières, servent de matière première. L’Afrique doit s’industrialiser. Nous devons le faire rapidement et cela est possible avec les nouvelles technologies. AFRICA24 devrait être à l’avant-garde pour montrer la bonne image de l’Afrique. Il faut aussi s’assurer de vendre le bon produit de l’Afrique pour que les gens sachent qui nous sommes et pour que nous comprenions les vraies histoires du continent. Vous devez également réprimander nos dirigeants et attirer leur attention sur ce qui se passe dans leur propre pays afin qu’ils s’en occupent immédiatement. Nous devons nous évaluer et nous devons être capables d’identifier les situations à redresser. Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed a déclaré dans son discours que nous avons besoin d’une Afrique avec une bonne télévision ou une plate-forme où nous pourrions parler de notre propre histoire. Personne ne le dira à notre place. Je pense donc qu’AFRICA24 peut contribuer à l’agenda du genre et j’aimerais voir plus de discussions sur les questions féminines parce que si nous voulons éradiquer le système patriarcal, c’est à travers les médias. Ainsi, AFRICA24 peut organiser, par exemple, des débats sur les femmes chaque mois, pour faire entendre la voix des femmes noires. Pourquoi ne pas faire entendre la voix des femmes africaines à travers AFRICA24 ? C’est ce que nous voulons, à travers les jeunes hommes et femmes des médias, de travailler sur l’agenda du genre sur notre continent.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com