Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

African Union Journal – L’Interview : Albert Muchanga – Commissaire de l’Union Africaine au Développement économique, au Commerce, à l’Industrie et aux Mines

African Union Journal : Albert Muchanga – Commissaire de l’Union Africaine au Développement économique, au Commerce, à l’Industrie et aux Mines s’exprime sur la relance économique de l’Afrique et sur le développement des financiers régionaux.

L’Afrique a connu sa première récession économique en 25 ans suite à la pandémie de covid-19. Mais depuis 2021, la reprise des économies africaines est en marche et les perspectives de croissance sont bonnes pour 2022, avec un taux de croissance attendu de 4%. Que révèle cette progression attendue de la reprise économique en Afrique ?

Merci de m’avoir reçu pour cet entretien. Toutes les économies du monde ont subi des récessions à la suite de la pandémie de covid-19 et l’Afrique n’a pas été épargnée. Pour la première fois depuis 1995, nous avons connu une récession, mais il y a un rebond. Cependant, le rebond est inférieur au minimum de 7% requis. Si vous regardez les schémas de croissance économique de l’Afrique, ils ne sont pas stables, mais ce que nous voulons, c’est un taux de croissance économique soutenu d’au moins 7%. Si nous y parvenons, nous serons mieux positionnés pour entreprendre des programmes de réduction de la pauvreté. Ce qui est le plus important est qu’il ne s’agit pas d’une récession continue. Nous avons pu rebondir et nous visons à maintenir cela.

Dans le cadre du financement de la relance économique de l’Afrique, au lieu d’un afflux d’aide internationale, peut-on dire que la solution viendra de l’Afrique et de la coopération entre pays africains ?

Nous sommes conscients qu’il existe des limites à une indépendance complète vis-à-vis du financement externe. Pendant longtemps, l’Afrique aura besoin de financement extérieur provenant de sources publiques ainsi que des investissements directs étrangers. Mais le moment est venu de voir si nous pouvons redoubler d’efforts pour assurer la mobilisation des ressources intérieures. Des travaux sont en cours pour améliorer les administrations fiscales à travers l’Afrique et pour échanger des informations à des fins fiscales afin que nous soyons en mesure de prévoir les éléments de failles financières illicites. Avec cela, nous devrions être en mesure d’élargir et d’approfondir la base de ressources nationales. Pour l’heure, l’Afrique aura besoin d’une aide internationale, mais nous prenons également des mesures pour nous assurer que nous développons les capacités internes pour générer nos propres ressources nationales pour le développement. Ceci est très crucial, car l’Agenda 2063 de l’Union africaine stipule clairement que pour que cet agenda soit pleinement mis en œuvre, au moins 75% des ressources doivent être mobilisés au niveau national. C’est désormais notre objectif.

En novembre 2021, lors du 12e Forum du secteur privé africain, l’Union africaine a prescrit que la relance économique du continent nécessite une plus grande implication du secteur privé. Cette résolution, est-elle respectée ? Comment évaluer son impact à moyen et long terme ?

Une chose que nous avons déjà faite et qui est très bonne, c’est que nous avons pu travailler avec le secteur privé et les encourager à créer un organe continental et cet organe continental est le Forum des affaires en Afrique. Ils ont un exécutif bien défini et actuellement, ils recherchent des officiers, puis ils concluront un protocole d’accord avec la Commission de l’Union africaine. En effet, pour développer l’Afrique, nous devons vraiment tirer profit des compétences du secteur privé. Ils prennent des risques, ils sont capables de mobiliser des investissements et de gérer les opérations dans les entreprises. Tout cela est nécessaire pour une croissance économique rapide et durable. Le partenariat que nous établissons avec le secteur privé est le bienvenu.

L’Union africaine prône la création de 3 institutions financières à savoir la Banque centrale africaine, la Banque africaine d’investissement et le Fonds monétaire africain. Quelle peut être la contribution de telles institutions dans le financement de la relance des économies africaines ?

Il existe une quatrième institution qui est la bourse panafricaine. Nous avons un champion pour cela, S.E. le président de la République du Ghana, Nana Akufo Addo, qui travaille actuellement pour assurer que nous établissons ces institutions au plus vite. Lorsque nous avons la Banque centrale africaine, cela signifie que nous avons créé la possibilité pour la convergence macro-économique, ce qui est nécessaire pour la coordination des politiques macroéconomiques entre les États membres. Lorsque nous avons la Banque africaine d’investissement, nous créons un levier supplémentaire pour fournir un accès au financement aux entrepreneurs qui souhaitent investir à travers l’Afrique et nous avons besoin d’investissements accrus en provenance d’Afrique. Nous voulons structurer cette banque de telle sorte qu’elle n’appartient pas totalement aux gouvernements africains. Nous allons encourager la diaspora africaine, les partenaires au développement et les partenaires souverains africains à investir dans cette banque afin qu’elle dispose d’un financement adéquat. Le fonds monétaire africain est très important pour aider les pays à avoir accès à des mesures de stabilisation immédiates, lorsqu’ils sont confrontés à un choc externe sans précédent. La bourse panafricaine quant à elle, va favoriser la cotation d’entreprises qui augmenteront les investissements sur le continent. Tout cela va créer une base permettant à l’Afrique de mobiliser ses propres ressources pour le développement.

Les pays africains se sont tournés vers les marchés régionaux de la sécurité pour financer leurs besoins urgents sur les plans macroéconomiques et sur les plans sociaux et environnementaux en particulier. Peut-on nourrir le rêve de lancer des obligations inclusives à l’échelle continentale ?

L’émission d’obligations peut intervenir ultérieurement, mais la bourse régionale est un élément des bourses panafricaines de sorte que lorsque nous les réunirons, elles deviendront la bourse panafricaine. Elle ne sera physiquement basée nulle part en Afrique, elle sera donc virtuelle pour faciliter les transactions rapides.

Africa24 se positionne comme un média promoteur de la relance économique de l’Afrique. Selon vous, comment la chaîne peut-elle contribuer à accompagner les politiques économiques des pays africains ?

Je pense que s’il y a un rôle à jouer, c’est de faire passer le message que dans chaque défi, il y a des opportunités. L’Union africaine s’efforce de relever certains de ces défis. Nous allons avoir un bon nombre d’études approfondies. La première consistera en une étude approfondie visant à positionner l’Afrique pour qu’elle croisse à un taux de 7 à 10% par an sur une base durable au cours des 10 à 30 prochaines années. Nous le faisons en partenariat avec la Banque africaine de développement et d’autres partenaires de développement. L’autre étude qui est encore au niveau de la planification, est de positionner l’Afrique pour augmenter sa part du commerce mondial. La dernière étude en cours est un exercice de cartographie des chaînes de valeur régionales. Si nous intégrons cela, nous allons promouvoir la transformation productive à travers l’Afrique. C’est le message que nous voulons faire passer, sur les défis de l’Afrique et les opportunités de l’Afrique. L’Afrique prend des mesures pour exploiter ces opportunités.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com