Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : lancement de la 2ème phase de l’African Girls Can Code Initiative à Dar es Salaam

À l’occasion de la Journée internationale des filles dans les TIC, ONU Femmes et la Commission de l’ Union Africaine , en collaboration avec l’Union internationale des télécommunications, l’UNESCO, la CEA et l’UNICEF, ont lancé la deuxième phase de l’African Girls Can Code Initiative à Dar es Salaam, en Tanzanie. Ce program permettra de mettre les femmes sur la même longueur d’onde que les hommes en termes d’adaptation et de connaissance des technologie de l’information et de la communication.

La Commission de l’Union Africaine, en collaboration avec l’Union internationale des télécommunications, l’UNESCO, la CEA et l’UNICEF, ont lancé la deuxième phase de l’African Girls Can Code Initiative. Ce programme vise à autonomiser et à équiper 2 000 femmes et filles africaines âgées de 17 à 25 ans avec des compétences en littératie numérique sur une période de quatre ans. Ceci afin de les habiliter  à l’évolution technologique qui s’impose au monde actuel.

« Plusieurs filles à travers l’Afrique ne pouvaient pas poursuivre leurs études lors de la fermeture des établissements cause par la covid-19 en raison d’un manque d’accès au technologies de l’information et de la communication. Ceci a d’ailleurs amplifier l’écart  entre le genre féminin  et masculin »

Rita Bissoonauth, Cheffe de mission de l’UA/CIEFFA

Selon des observateurs, en Afrique les femmes ne représentent que 28 % des chercheurs en sciences, tandis que leurs homologues masculins dominent avec un total de 72 %. L’avènement contribue à marginaliser davantage les femmes face à certains domaines d’activités.

« L’union international de télécommunication estime que d’ici 2029 il y aura plus de 2 millions d’emplois en technologie qui ne pourront pas être comblés en raison du manque de spécialistes digital. Et comme nous le savons plus de la moitié des emplois actuelle disparaîtront d’ici à 2050 ce qui est d’ailleurs énorme en considérant que les femmes comprennent seulement 3 pour cent des diplômés en TIC globalement et qu’en Afrique les femmes ne vont contribuer qu’à 30 pourcent de ses engagements »

Rita Bissoonauth, Cheffe de mission de l’UA/CIEFFA

Pour le chef de la division de la politique de genre et du développement de la Commission de l’Union africaine, il est vital pour l’Afrique d’être à l’avant-garde avec notamment la promotion de  la culture numérique pour tous. Notons par ailleurs que le lancement de  l’African Girls Can Code Initiative est intervenu à l’occasion de la journée internationale des filles dans les TIC commémorée chaque 28 avril.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com