Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : l’insécurité soulignée comme frein aux progrès du continent

Malgré les efforts considérables déployés en faveur de la stabilisation de l’Afrique, plusieurs pays sur le continent continuent d’être confrontés à de nombreux problèmes d’insécurité. Tiraillés entre conflits communautaires, attaques terroristes, changements de gouvernement anticonstitutionnels et changement climatique, les Etats africains restent en quête de paix et de stabilisation sécuritaire.

Bien que le continent africain possède des potentialités multiformes, il fait constamment face au terrorisme, à l’extrémisme violent et aux effets néfastes des changement climatique. Ce constat a fait l’objet du Forum sur la Paix, la Sécurité et la Gouvernance tenu en marge du sommet des dirigeants États-Unis – Afrique. Pour les autorités présentent à ce forum, les populations africaines sont affaiblies par les nombreux changements environnementaux avec en outre la pauvreté qui les rend de plus en plus vulnérables face aux propositions des milices.

« Les chocs climatiques ont affaibli la Société. La pauvreté, l’absence de nourriture appropriée et l’absence de services étatiques qui ne sont pas entièrement mis en place ont tous contribué à l’affaiblissement de la Société. Ceci a rendu Les citoyens plus disposé a accepter et a obeir aux mauvaises actions de terrorisme. Les groupes terrorists sont nombreux, et certains d’entre eux ont été formés en raison de ses situations crées par les chocs environnementaux qui ne cesse de se reproduire en Somalie »

Hassan Sheikh Mohamoud, Président de la République de la Somalie

Dans les régions sahéliennes, les experts soutiennent en effet que les dérèglements climatiques tels que la sécheresse et les inondations demeurent des catalyseurs de mouvements migratoires massifs. Par ailleurs, la faiblesse structurelle fondamentale des États engendre des inégalités dans le secteur de l’emploi avec près de 70% de la main-d’œuvre employés dans le secteur informel selon des données officielles. Dans son diagnostic, le président nigérien Mohamed Bazoum a souligné l’amenuisement des ressources naturelles comme cause majeure de cette insécurité.

“La violence dans le Sahel est précédée de la combinaison d’un certain nombre de facteurs à caractère structurel d’autres contingents. C’est une zone parmi les zones du monde la plus impactée par le phénomène du changement climatique qui as remis en cause un certain mode de vie, notamment le mode de vie pastoral”

Mohamed Bazoum, Président de la République du Niger

Selon les Nations unies, ces situations précaires seraient à l’origine des derniers coups d’État qu’ont subi le continent.En 18 mois, cinq pays africains voisins ont subi un coup d’État : Soudan, Tchad, Burkina Faso, Mali et Guinée. Et selon une étude publiée en 2022 par les chercheurs Jonathan Powell et Clayton Thyne, l’Afrique a connu plus de coups d’État que tout autre continent. 30 % de toutes les tentatives de coup d’État sur le continent ont eu lieu dans des démocraties, indique des experts.

“La lutte contre le terrorisme, les trafics illégaux de tout genre, la criminalité transfrontalière, requiert des modèles opérationnels, plus souples, plus efficaces, moins coûteux et plus offensifs. Le modèle actuel ne répond à aucune des caractéristiques, c’est pourquoi il ne faut pas hésiter à réformer les systèmes, voir les transformer de fond en comble. Servir la démocratie en Afrique, c’est d’abord et avant tout contribuer au rétablissement de la paix en corrigeant ses doubles standards, ses doubles injustices à l’égard de l’Afrique. »

Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l’Union Africaine
TCHAD

Pour l’Union africaine, il est plus que temps de mettre fin à ses nombreuses successions de conflits sur les terres africaines.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com