Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : l’UA défend le multilatéralisme dans les relations internationales

Les dirigeants africains sont fermement attachés au respect de la souveraineté des Etats, la non ingérence dans les affaires intérieures, le respect des choix de développement et la liberté de choisir les partenaires dont la Russie, traitée comme paria par l’Occident depuis le début du conflit russo-ukrainien. La position de l’Afrique a été réitérée, par la voix de l’Union africaine, au président et au gouvernement des Etats-Unis d’Amérique. Les Etats-Unis, rappelons-le, préparent une loi sur la lutte contre les activités malveillantes de la Russie en Afrique et qui vise à sanctionner des Etats “complices” de la Russie. 

Partenariat, co-construction, respect mutuel, respect de la souveraineté des Etats et du système multilatéral dans les relations internationales. Ces maîtres-mots, qui guident la vision des Etats africains dans leurs échanges avec d’autres partenaires étatiques, ont été rappelés au président américain Joe Biden à l’occasion de la deuxième édition du sommet des dirigeants États-Unis – Afrique. Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a souligné l’ambition de l’Afrique d’être prospère, uni, intégré et avec une meilleure qualité de vie pour sa population dans le cadre de l’Agenda2063. Un agenda que le continent compte réaliser avec des partenaires librement choisis. 

“Pour assurer sa marche dans la voie ainsi tracée, l’Afrique compte d’abord et avant tout sur ses propres efforts, son génie propre, elle s’attache fermement à la solution des problèmes africains par les Africains eux-mêmes. Elle compte aussi sur la solidarité de ses amis dans le respect et la recherche de résultats mutuellement avantageux.”

Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l’Union Africaine

Parmi les partenaires de l’Afrique se trouvent les Etats-Unis, mais aussi d’autres puissances comme la Russie. Les Etats-Unis ne l’entendent pas cependant dans ce sens. A la suite de la condamnation par l’Occident des opérations militaires lancées par la Russie en Ukraine depuis février 2022, la Chambre des représentants des Etats-Unis a adopté, en avril, un projet de loi sur la lutte contre les activités malveillantes de la Russie en Afrique et qui vise à sanctionner des Etats “complices” de la Russie. Un texte dénoncé par les chefs d’Etat africains, car les dirigeants plaident pour la libre coopération. Le président du Sénégal, président en exercice de l’Union africaine, l’a exprimé au président Joe Biden, à Washington au Sommet des dirigeants Etats-Unis – Afrique.

“Au nom de mes collègues, je dois également vous dire que nous sommes préoccupés, Monsieur le président, par le projet de loi américain portant sur les échanges économiques et commerciaux entre nos pays et une puissance étrangère. Ce projet avec sa gamme de sanctions qui visent tout un continent est une première dans les relations internationales.”

Macky Sall, Président en exercice de l’Union Africaine

L’Union africaine se veut partisan d’un multilatéralisme ouvert, mû par une coopération égalitaire. L’Afrique veut se défaire du joug de son passé historique dans le choix de ses alliés pour l’atteinte de ses objectifs sécuritaires, politiques, économiques, humanitaires.

“Dans cette perspective de solidarité, nous affirmons franchement à tous nos partenaires notre préférence pour les actes concrets plutôt que les seules déclarations de bonnes intentions.”

Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l’Union Africaine

Le multilatéralisme vise une approche consensuelle et des interactions collectives dans la gestion des affaires internationales. L’Organisation des Nations unies reconnaît que ce principe, ainsi que ceux de légalité et de légitimité, œuvrent en faveur de la paix et de la sécurité mondiales.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com