Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Burkina Faso : huit mineurs coincés sous terre

Huit travailleurs ont été engloutis à plusieurs centaines de mètres dans une mine de zinc de Perkoa au Burkina depuis plus de vingt jours. Selon les informations relayées par la presse, les familles des victimes des mineurs, commencent à perdre espoir de retrouver leurs proches vivants même avec les actions de secours en cours.

Au Burkina Faso, les espoirs s’amenuisent alors que les mineurs sont toujours pris au piège dans les sites de fouille de Perkoa. En attendant l’aboutissement des efforts de sauvetage engagés par le gouvernement, un comité de crise a été installé ce 5 mai et une enquête pour déterminer les causes de l’incident ouverte. Rappelons qu’en date du 16 avril, des eaux d’inondations ont englouti six Burkinabés, un Zambien et un Tanzanien dans une mine de zinc.

“ Nous ne sommes pas à notre premier incident dans le cadre des opérations d’extraction minières au Burkina Faso. Et bien souvent, ces incidents se passent dans les mines idéales. Donc cela pose la problématique de l’application des textes, notamment les conditions à l’autorisation de l’obtention des permis d’exploitation minière et des problématiques liées à la qualité, à la sécurité, à l’hygiène et à l’environnement sur les sites miniers.” 

Aboudramane COULIBALY, Analyste politique Mali

Dans certains pays africains, les mineurs travaillent dans des conditions dangereuses, loin des normes de santé et de sécurité qu’on attend dans l’exploitation minière. Ainsi, la responsabilité des compagnies minières est engagée. Celles-ci doivent de plus en plus œuvrer à assurer la sécurité des travailleurs selon l’avis des spécialistes.

“ Tant que nous ne ferons pas de grands pas vers des réformes réglementaires institutionnelles, nous allons toujours assister à ces types d’incidents. Nous y voyons malheureusement une négligence de la part, aussi bien de l’Etat et certaines compagnies minières qui refusent de déclarer certains sites qui sont en cours d’exploitation. donc c’est une problématique d’ordre majeur qu’il va falloir urgemment prendre en compte en organisant une table ronde pour pouvoir impliquer tous les acteurs du secteur minier, aussi bien le secteur artisanale, comme le secteur industriel, pour que nous puissions avoir une approche consensuelle dans la gestion de ce type d’incident. Mais il faut aller plus loin, en exigeant que les personnels qui travaillent dans ces mines soient assurés. »

Aboudramane COULIBALY, Analyste politique Mali

A noter que les accidents dans les mines sont fréquents au Burkina Faso. Au moins 59 personnes ont été tuées, des femmes et des enfants blessés dans une explosion sur une mine artisanale dans le sud-ouest du pays en février 2022.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com