Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Burundi : vers une modernisation du secteur agricole qui emploie 90% de la population

L’agriculture est l’un des onze piliers du plan de développement 2018-2027 du Burundi. 90% de la population dépend de l’agriculture. Les experts appellent à une professionnalisation du secteur. Le gouvernement devrait investir plus de 20% de son budget annuel dans le secteur agricole pour atteindre les objectifs de professionnalisation et de sécurité alimentaire.

L’agriculture, un des onze piliers du plan de développement 2018-2027 du Burundi; en marche vers sa modernisation. La politique agricole du pays s’appuie sur trois objectifs stratégiques: le renforcement de la capacité institutionnelle, l’accroissement de la production agricole et animale par la promotion d’une agriculture de marché. Le secteur figure au nombre des priorités budgétaires 2022-2023 du Burundi, lequel bénéficie d’une enveloppe de 80 milliards de francs burundais.

“Si on veut développer ce secteur, il faut vraiment multiplier les techniques de production aussi bien agricoles que d’élevage. Pendant plus de trente ans, l’agriculture et l’élevage ont été les parents pauvres des investissements nationaux, à tel point que le budget alloué à l’agriculture et l’élevage oscillait entre 5 et 7%”

André NIKWIGIZEÉconomiste

Pour moderniser l’agriculture au Burundi, des experts appellent à une professionnalisation du secteur. Le gouvernement devrait investir plus de 20% du budget annuel dans le domaine agricole en vue d’augmenter les surfaces cultivées par les petits exploitants et d’amorcer la mise en place d’un fond stratégique des engins agricoles.

“Je propose que le budget puisse aller jusqu’à 20% du budget d’investissement national. Et je propose même qu’on puisse donner une proportion assez importante à l’ISABU (Institut des Sciences Agronomiques du Burundi) afin que cette institution puisse s’adonner à la recherche pour les meilleures techniques agricoles”

André NIKWIGIZE, Économiste

Au Burundi, 90% de la population dépend de l’agriculture. La politique agricole burundaise vise la sécurité alimentaire grâce à l’accroissement de la production des cultures vivrières telles que le maïs, le riz, le haricot et la pomme de terre. 

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com