Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Cameroun : baisse des recettes tirées des hydrocarbures jusqu’en 2024

Le Cameroun devrait produire 25,3 millions de barils de pétrole en 2022 et 69,9 milliards standard cubic fedd de gaz naturel selon l’exécutif. Ce qui devrait générer des recettes globales estimées à 562 milliards de FCFA, en hausse de 85 milliards de FCFA par rapport à l’année 2021. Toutefois, ce niveau de recettes issues de la production d’hydrocarbures va chuter jusqu’en 2024.

Les  recettes tirées des hydrocarbures au Cameroun vont connaître une baisse continue jusqu’en 2024 d’après les projections du gouvernement. Ces recettes s’établiraient à 523 milliards de FCFA en 2023 et 509 milliards de FCFA en 2024. Cette situation est en rapport avec la baisse de la production annoncée par la SNH Société nationale des hydrocarbures.

“ Pour les pays producteurs qui ont décidé de réduire la production à l’écho de la transition énergétique, la baisse de la production est donc volontaire. Et donc s’ il n’y a pas d’autres ennuis techniques liés à l’exploitation, c’est une décision volontaire. Et là on ne peut que constater la baisse normale de production.”

Serge-Parfait DIOMAN, Expert international en industries pétrolières et énergies 

Toutefois, les perspectives sont bonnes pour l’année 2022. Ainsi, la production pétrolière du Cameroun devrait atteindre 25,3 millions de barils et 69,9 milliards standard cubic fedd de gaz naturel. Soit des recettes globales estimées à 562 milliards de FCFA.

“ En principe, la tendance haussière des cours du pétrole et du gaz reste profitable pour tous les producteurs. Et donc si dans l’absolu,  un pays producteur voit par exemple chuter sa production, la hausse des cours du moment vient en compensation, comme une bonne conjoncture qui lui est favorable. En ce sens qu’il proposera à un coup de vente plus élevé, un volume de production qui est plutôt réduit.”

Serge-Parfait DIOMAN, Expert international en industries pétrolières et énergies 

En raison de la conjoncture mondiale de crise, les prix des hydrocarbures ont connu une hausse. Cette flambée serait une aubaine pour les États producteurs indiquent les observateurs. Toutefois, ces pays, notamment ceux africains, restent confrontés aux questions liées à la diversification économique et à l’amélioration de leur gouvernance.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com