Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

CEMAC : hausse de 3,5% des créances en souffrance des banques en juillet 2022

L’encours des créances en souffrance des banques en activité dans la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale CEMAC a atteint 1 976 milliards FCFA fin juillet 2022. Ceci résulte du fait que  la plupart des clients ne remboursent plus leurs crédits suivant l’échéancier convenu avec leurs banquiers d’après la Banque des États de l’Afrique centrale BEAC. 

A fin juillet 2022, ce ne sont pas moins de 1976 milliards de Fcfa de créances en souffrance qui sont comptabilisées par les 53 banques commerciales dans la zone Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale CEMAC. En hausse de 3,5%, le portefeuille desdites créances expose ces banques à des risques de crédit conclut la Banque des États de l’Afrique centrale BEAC. 

On sait très bien que l’essentiel de nos banques dans la sous-région sont des banques commerciales. Donc des banques qui mobilisent des ressources courtes. On voit que ces banques sont privées de l’essentiel de leur trésorerie qui est constitué de ces ressources courtes. Ce qui pose quand même des problèmes à ces banques en termes de trésorerie, donc évidemment, de financer l’économie et de jouer pleinement leur rôle.

Alphonse NDONGO, Économiste Congo

Sur le portefeuille global des prêts accordés par les banques de la CEMAC estimé à 10291,1 milliards USD à fin juillet, 19,2% représente des créances en souffrance. Il convient de préciser que les créances en souffrance sont constituées des créances immobilisées, des créances impayées et des créances douteuses. 

L’une des conséquences, serait que les banques seront obligées de rétrécir l’enveloppe qu’elle consacre au financement de l’économie, via des entreprises porteuses de lettres de commande de nos Etats dans la sous-région d’Afrique centrale. Les banques vont certainement durcir les conditions d’octroi de crédit, certainement en demandant beaucoup plus de garantie et même en étant un plus sélective en termes de garantie. Les banques seront assez frileuses en termes de financement de nos économies.

Alphonse NDONGO, Économiste Congo

A noter que les clients qui exposent le plus les banques sont les entreprises. Par ailleurs, les impayés dans le système bancaire sont devenus un véritable fléau pour beaucoup de pays à cause de la crise économique mondiale.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com