Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

La Banque Mondiale prévoit une croissance de 3,6% en 2023 en Afrique subsaharienne

Les dernières Perspectives économiques mondiales de la Banque mondiale publiées le 10 janvier 2022, projettent une reprise modeste de la croissance et une lente augmentation des revenus par habitant en Afrique subsaharienne en 2023. L’institution de Bretton Woods table sur une croissance de 3,6 % en 2023 pour les économies de la région. 

Les économies d’Afrique subsaharienne ne retrouveront pas leur dynamisme d’avant la pandémie de la Covid-19 en cette année 2023. La croissance devrait s’accélérer légèrement pour ressortir à 3,6 % en 2022 et 3,8 % en 2023, d’après les dernières Perspectives économiques mondiales de la Banque mondiale. Quant à la progression du revenu par habitant, elle ne devrait être que de 1,2 % en moyenne dans la région, pour les années 2023-2024.

La croissance des pays de l’Afrique subsaharienne tournera autour de 2 %, 3 % cette année.  je pense que c’est une croissance assez molle, d’autant qu’on sait les défis majeurs et importants dont l’Afrique doit faire face, notamment la lutte contre la pauvreté, le développement et aussi les nouveaux enjeux comme le développement durable. je pense que bien évidemment qu’ il faudra essayer de booster la croissance et cette croissance sera boosté par un objectif de diversification et d’intégration régionale plus importante.  je pense qu’on a intérêt, non seulement, à développer l’économie locale, mais aussi, de se tourner vers les pays européens qui, eux aussi, ont intérêt à échanger avec nous pour avoir une croissance mondiale plus aboutie.

Alseny THIAM, Économiste Guinée

Dans les trois plus grandes économies de la région, la croissance devrait atteindre 2,5 % en 2022 et 2,8 % en 2023 au Nigéria, tandis qu’elle s’accélérera à 3 % en moyenne en Angola. En Afrique du Sud, la croissance devrait être freinée par des obstacles structurels et le lourd endettement du pays.

Pour les pays comme l’Angola et le Nigéria, je pense aussi que l’idée est surtout de booster leur croissance et pour moi je préconise une solution, c’est une intégration plus plus aboutie des pays, non seulement, en Afrique du Sud de l’Est de l’Ouest et du Nord, mais aussi l’intégration régionale du continent africain dans son ensemble, pour vraiment redynamiser, mais vraiment, avoir un commerce intra africain important qui va permettre de booster notre croissance.  bien évidemment cela aussi impose aussi de travailler en coopération avec les pays, qui eux, ont les compétences parfois, et aussi, la main d’œuvre et la technologie.

Alseny THIAM, Économiste Guinée

L’institution de Bretton Woods alerte sur les risques qui pèsent sur ces prévisions de croissance en Afrique subsaharienne. Elles sont plutôt orientées à la baisse car pouvant être freinées par la pauvreté, l’insécurité alimentaire, la hausse des prix des produits alimentaires et les tensions géopolitiques qui pourraient peser sur la demande des consommateurs.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com