Africa24 TV

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Le Maroc dans l’histoire !

Au terme d’un match héroïque, les coéquipiers d’Achraf Hakimi s’imposent aux tirs au but (3-0) face à l’Espagne et se qualifient pour la première fois de leur histoire pour un quart de finale de Coupe du monde !

Dernier représentant africain dans cette coupe du monde, le Maroc se présentait au stade de la Cité de l’Education face à l’Espagne avec la conviction d’avoir un coup à jouer après avoir décroché la première place du groupe F marqué par une victoire probante face à la Belgique (2-0).

Cette première mi-temps s’engageait sans round d’observation, l’Espagne se rendait maitre du ballon mais sans réellement se créer d’occasion quand de son côté le groupe de Walid Regragui exploitait la moindre situation comme sur ce ballon lancé par Boufa vers Hakimi sur son côté droit. Son centre obligeait les espagnols à concéder un coup franc excentré joué un peu court par Ziyech et renvoyé par la défense ibérique (21’).

Malgré une nette possession (70%), les coéquipiers de Sergio Busquets manquaient cruellement d’inspiration si ce n’est sur cette frappe en force de Asensio sur le côté gauche de la surface qui échouait dans le petit filet de Bounou (27’).

Finalement, la première frappe cadrée arrivait par Mazraoui de plus de 25 mètres et Simon devait s’y reprendre à deux fois pour se saisir du ballon (34’).

En cette fin de première période, le Maroc jouait crânement sa chance et mettait la pression sur les espagnols notamment sur ce renversement d’Hakimi depuis le côté droit vers Boufal dont le centre trouvait Aguerd au second poteau mais sa tête passait au-dessus du but espagnol (43’).

A la reprise, les coéquipiers de Romain Saïs retrouvaient les espagnols accompagnés par un clapping géant des supporters marocains présents en nombre pour ce huitième de finale. A l’image de la première mi-temps, les hommes de Luis Enrique dominaient largement dans la possession mais sans efficacité probante. Le sélectionneur espagnol opérait deux changements avec Asensio qui laissait sa place à Morata et Gavi à Soler (63’). Regragui remplaçait Boufal par Ezzalzouli (66’) et changeait son système qui passait d’un 4-3-3 à une organisation en 4-1-4-1 sur les phases défensives qui permettait de contenir les tentatives de la Roja (70’).

Toujours sans solution en attaque, l’espagnol Ferran Torres laissait sa place à Williams (76’) face à des Lions de l’Atlas qui faisaient mieux que résister à la domination espagnole.

La fatigue commençait à se faire sentir et la perspective d’une prolongation semblait se préciser même si Williams se montrait dangereux à deux reprises. Mazraoui, En-Nesyri et Amallah cédaient leurs places à Attiyat-Allah, Sabiri et Cheddira (82’) suivi de El-Yamiq qui remplaçait Aguerd, touché à la cheville (84’) pour un cinquième changement.

Intraitables en défense, les Lions de l’Atlas procédaient par de rares contre-attaques comme sur ce centre de Ziyech depuis la droite pour Sabiri qui remettait de la tête vers Cheddira qui ne parvenait à armer sa frappe (88’).

Malgré une fin de match débridée, les deux équipes ne parvenaient pas à se départager et au moment d’aborder les prolongations, Enrique remplaçait Alba par Balde et Olmo par Fati avec le projet de densifier son attaque.

Dans cette première mi-temps des prolongations, le scénario ne changeait pas, les espagnols ne quittaient plus le camp marocain, c’est pourtant Ounahi qui fixait la défense espagnole, il transmettait à Cheddira, sa frappe du gauche passait entre les jambes de Llorente mais Simon s’interposait (104’).

A court d’inspiration, Sabiri tentait un lobe direct vers le but de Simon sur le coup d’envoi de la deuxième période des prolongations mais le ballon passait largement à côté (106’).

La fatigue prenait le dessus, les crampes commençaient à perturber le jeu. Saïs quittait provisoirement le terrain en se tenant la cuisse gauche et revenait finalement avec un large bandage refusant de laisser ses coéquipiers (112’).

Auteur d’un match d’une grande qualité tant technique qu’athlétique, Amrabat chippait un nouveau ballon aux espagnols et lançait Cheddira qui filait vers le but espagnol, il se faisait reprendre par Hernandez (116’).

A l’approche de la séance des tirs au but, Luis Henrique remplaçait Williams pourtant entré en cours de jeu pour Sarabia, Regragui changeait Ounahi par Benoun (120’).

Sur un dernier centre de Hernandez depuis la gauche, Sarabia reprenait d’une volée du droit, dans un angle impossible, sa frappe frolait le second poteau (120+3’) et l’arbitre argentin sifflait la fin de la rencontre.

Ce huitième de finale allait donc se régler aux pénaltys

Sabiri prenait la responsabilité du premier tir, le milieu de la Sampdoria réussissait parfaitement d’un contre-pied sur la gauche de Simon. Sarabia s’élançait ensuite face à Bounou, l’espagnol voyait son tir dans l’angle gauche repoussait d’un magnifique plongeon de Bounou. Ziyech en force au centre trompait à son tour le gardien espagnol et dans la foulée Soler échouait à son tour, tout comme Benoun. Mais un Bounou intraitable dans ses buts repoussait encore le tir de Busquets.

Pour succéder au Cameroun, au Sénégal et au Ghana, Hakimi se présentait à son tour pour le pénalty de la qualification.

L’arrière droit du PSG piquait une panenka du pied droit et le Maroc, pour la première fois de son histoire se qualifiait pour un quart de finale de coupe du monde sur le score de (3-0).

Agenda

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com