Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Tchad : l’ADEPSET apporte son soutien aux éleveurs nomades confrontés aux effets du changement climatique

Au Tchad, les éleveurs nomades et leur bétail sont fortement confrontés aux effets néfastes du changement climatique. Les pâturages se font rares, les cours d’eau tarissent et les maladies saisonnières apparaissent, décimant des milliers de têtes de bétail. Pour recueillir leurs doléances afin de plaider pour la résolution de leurs problèmes auprès des pouvoirs publics, l’Association pour le développement et la promotion du secteur de l’élevage au Tchad a organisé une tournée auprès des différents campements des nomades. Une occasion pour les éleveurs d’exposer leurs difficultés et de plaider en faveur de la préservation des cheptels.

Au Tchad, en raison du changement climatique, les éleveurs nomades et leurs troupeaux sont confrontés à la sécheresse et aux maladies saisonnières. Une situation préoccupante pour l’Association pour le développement et la promotion du secteur de l’élevage au Tchad (ADEPSET) qui est allé à la rencontre des éleveurs pour les soutenir et recueillir leurs doléances. C’est le cas par exemple dans la province du Lac Tchad, où elle est venue au chevet des promoteurs des bœufs Kouri confrontés au manque de pâturages.

Effectivement, les éleveurs nous ont parlé de leurs difficultés. La première difficulté est liée à l’alimentation des bétails puisque l’espace pour paître les animaux a considérablement diminué et a cause de famine. Une situation qui a décimé beaucoup de bétails et a causé des pertes importantes aux nomades. La deuxième difficulté majeure, c’est le cas récurrent de vol de bétails. Ils sont victimes de ce phénomène dans certaines localités reculées du pays.

ABDELKERIM AMIR DJEROU, Secrétaire général de l’ADEPSET

En dehors des difficultés liées aux phénomènes naturels, les éleveurs dans la province du Lac Tchad sont aussi confrontés aux cas récurrents de vol de bétail et aux arnaques des groupes armés qui se déguisent en agents des eaux et forêts. Les nomades ont recommandé à leur Association de plaider pour la création des points d’eau et l’accessibilité aux vaccins subventionnés pour préserver la race de bœuf Kouri qui fait la fierté nationale.

Nous travaillons dur chaque année pour préserver nos cheptels mais la situation devient de plus en plus intenable. La saison de sécheresse se prolonge, des maladies saisonnières apparaissent et il y a moins de pâturage. Nous souhaitons que l’Association plaide notre sort auprès des autorités.

MALLOUM TCHARI, Chef de campement des nomades

Pour rappel, depuis quelques années, le couloir de la transhumance se rétrécie en raison de l’extension des villages et des espaces de production agricole occasionnant des conflits majeurs entre les éleveurs et les agriculteurs. Pour l’ADAPSET, cette crise récurrente pose le problème de la sédentarisation des éleveurs et de leurs troupeaux. 

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com