Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Tchad : le financement alloué à l’agriculture pour réduire le chômage rural estimé à 70%

Dans un contexte marqué par la crise de l’emploi, les autorités tchadiennes prévoient financer l’agriculture rurale pour apporter des solutions au chômage des jeunes mais aussi à la crise alimentaire que connaît le pays. En marge du forum régional sur la finance agricole et rurale tenu à Yaoundé au Cameroun, les autorités tchadiennes se sont laissées séduire par le modèle camerounais de financement de l’agriculture rurale. 

Le Tchad fait le pari du financement de l’agriculture rurale pour sortir de la crise alimentaire qu’il subit mais davantage pour trouver des solutions à la crise de l’emploi qui va grandissant dans le pays. Si le taux de chômage  au Tchad est de 5,8 %, celui des jeunes diplômés est très élevé, il est passé de 42 % en 2015 à 60 % en 2017. Le pays veut s’inspirer du modèle camerounais de financement de l’agriculture rurale, exposé en marge du forum régional sur la finance agricole et rurale à Yaoundé au Cameroun du 18 au 20 octobre 2022 à travers la visite d’institutions d’encadrement et de formation de jeunes  par le PAE jeune, le programme de l’entreprenariat agropastoral des jeunes, pour apporter des solution au chômage.

La grande préoccupation aujourd’hui c’est que ces jeunes qui sont au chômage constituent une bombe à retardement pour notre pays. Il est impératif de leur trouver des solutions et parmi les solutions il y a la terre. La terre permet d’employer tous ces jeunes. Il y a beaucoup de jeunes qui pensent que le travail de la terre est un métier salissant.

Abdoulaye Mahamoud Labit, Coordinateur du programme de coopération Tchad-FIDATchad

Selon la Banque africaine de développement, le Tchad renferme d’importantes potentialités agro-sylvo-pastorales  et  halieutiques  qui  constituent  la  base  du  développement  du  secteur rural dont dépendent les 2/3 de la population  active  du  pays en termes d’emploi mais également de production  d’aliments. L’agriculture contribue pour 23% au PIB national dont 20% proviennent de la production vivrière et 3% des cultures de rente. L’urgence d’investir dans le secteur agro-pastoral s’impose comme une solution à la crise de l’emploi au Tchad.

J’ai bien envie d’avoir ce genre de modèle là chez moi au Tchad, mais je me battrai pour qu’on ai des projets similaires, qui peuvent former les jeunes, les encadrer, qui peuvent leur assurer le coaching nécessaire pour que ces jeunes puissent partir faire des choses merveilleuses tel que ça se passent aujourd’hui au niveau du Cameroun.

Abdoulaye Mahamoud Labit, Coordinateur du programme de coopération Tchad-FIDATchad

Selon le ministère tchadien de l’économie et de la planification du développement, le chômage des jeunes est très accentué dans le monde rural, plus de 70% des jeunes diplômés sont sans emploi d’après un récent rapport.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com