Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Tunisie : l’ex-ministre de la Justice Noureddine Bhiri arrêté pour soupçons de terrorisme

Le ministre tunisien de l’Intérieur, Taoufik Charfeddine, a affirmé, lundi 3 janvier 2022 au soir, que « des soupçons de terrorisme dans le dossier » ont justifié l’arrestation de l’ex-ministre le 31 décembre 2021.

Il y avait des craintes d’acte terroriste (…) touchant à la sécurité du pays, il fallait réagir”, a expliqué devant la presse Taoufik Charfeddine, précisant avoir transmis des “procès-verbaux” au ministère de la Justice et au parquet qui “ont tardé” à prendre des mesures. Le ministre a dit avoir alors décidé d’appliquer rapidement la “mise sous contrôle judiciaire” de M. Bhiri, un ancien ministre de la Justice, assurant avoir respecté la législation tunisienne.

Selon M. Charfeddine, le dossier est caractérisé par des “soupçons graves”, et porte notamment sur “la fabrication et remise de faux papiers d’identité et certificats de nationalité, au profit entre autres d’une Syrienne.

Arrêté à son domicile, M. Bhiri a été d’abord conduit dans un lieu inconnu, avant d’être transporté dans un hôpital. Le Haut commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme qui lui a rendu visite, M. Bhiri est hospitalisé depuis dimanche “sous surveillance rapprochée en cardiologie” à Bizerte (nord), car il est atteint de plusieurs maladies chroniques (diabète, hypertension, notamment).

Son parti politique Ennahdha, mouvement islamiste tunisien, a annoncé lundi que M. Bhiri était en grève de la faim. Le ministre de l’Intérieur a dit “veillé personnellement à ce que (M. Bhiri) soit bien traité”.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com