Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Victoria Maloka œuvre à l’Union Africaine pour la participation des femmes aux processus de paix

Directrice par intérim de la Commission Femmes, genre et jeunesse de l’Union Africaine, Victoria Maloka porte le plaidoyer sur l’approche genre de l’organisation panafricaine depuis 2015. L’avocate soutient la participation des femmes aux processus de paix en Afrique. Pour accélérer la lutte contre les inégalités de genre, elle milite pour une plus grande implication des communautés économiques régionales dans ce combat. 

Pilote de la stratégie de l’Union Africaine pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, directrice par intérim de la Commission Femmes, genre et jeunesse à la Commission de l’Union africaine et avocate de formation, Victoria Maloka porte le plaidoyer sur l’approche genre de l’organisation panafricaine depuis 2015. Son engagement pour une plus grande implication des femmes pour la paix et la sécurité a donné lieu à la création du réseau “FemWise” de l’Union Africaine. 

“Le projet lui-même est de s’assurer que d’ici 2025, la Commission de l’Union Africaine et ses États membres ont réalisé la parité entre les sexes.”

Victoria MALOKA, Directrice par intérim de la Commission Femmes, Genre et Jeunesse

Le réseau “FemWise” a permis depuis 2015 le déploiement de femmes médiatrices dans les conflits à travers le continent. Sous le couvert de l’Union Africaine au Soudan, un mécanisme trilatéral qui est chargé d’orienter le processus politique composé de 40% de femmes est ainsi mis en œuvre. Victoria Maloka rêve d’une Afrique où la représentativité des femmes dans les sphères de décisions va grandissante.

“Le réseau Femwise Africa a été créé en tant que mécanisme de l’Union Africaine pour s’assurer que les femmes participent équitablement à toutes les questions de paix et de sécurité. Le réseau a réuni près de 500 femmes artisanes de la paix à travers le continent.”

Victoria MALOKA, Directrice par intérim de la Commission Femmes, Genre et Jeunesse

Pour Victoria Maloka, le combat pour l’égalité des genres doit être particulièrement mené au sein des organisations sous-régionales. La directrice par intérim de la Commission Femmes, genre et jeunesse milite pour que les blocs communautaires accélèrent la mise en œuvre du Protocole de Maputo. Elle estime également que de meilleures politiques au sein des communautés économiques africaines sont la clé pour l’inclusion économique des femmes sur le continent.

“Et bien sûr, travailler avec les Communautés Économiques Régionales est très important parce que les CER sont stratégiquement placées entre l’Union et ses citoyens. Et bien sûr, nous ne pouvons pas laisser de côté les États membres car c’est là que se pose de nombreuses questions concernant l’autonomisation des femmes et l’égalité des sexes et c’est là que cela est particulièrement nécessaire. Au cours des années, nous avons vu beaucoup de progrès réalisés dans la promulgation de lois, l’élaboration de politiques…”

Victoria MALOKA, Directrice par intérim de la Commission Femmes, Genre et Jeunesse

L’Aspiration 6 de l’Agenda 2063 prône « Une Afrique dont le développement est axé sur les populations, qui s’appuie sur le potentiel de ses populations, notamment celles des femmes et des jeunes, qui se soucie du bien-être des enfants ». Un postulat que partage pleinement la directrice par intérim de la Commission Femmes, genre et jeunesse Victoria Maloka. Mais le chemin reste long. Selon ONU Femmes, il faudrait encore 121,7 ans pour mettre un terme aux inégalités de genre en Afrique sub-saharienne.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com