Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Zimbabwe : vers l’ouverture d’une université de la cybersécurité en 2023

Le Zimbabwe ouvrira une université publique spécialisée dans la cybersécurité en 2023. L’université remplacera l’actuel Tel-One Center for Learning. La professionnalisation de cette institution intervient alors que le pays examine l’adoption d’une loi sur la protection des données personnelles. Le Zimbabwe a perdu plus de 40 millions de dollars américains en 2018 à cause de la cybercriminalité.

Dans le processus de professionnalisation et de modernisation de son éducation, inscrit sous le programme “Education 5.0”, le Zimbabwe va ouvrir, en 2023, une université publique spécialisée dans la cybersécurité. Une institution qui va remplacer l’actuelle Tel-One Center for Learning, l’école de formation des experts en télécommunications du pays. Le gouvernement zimbabwéen estime que ses programmes d’enseignement ne sont plus adaptés à l’environnement actuel des technologies de l’information et de la communication.

“Le système éducatif doit réussir à mettre sur le marché des diplômés prêts à s’adapter à divers environnements, pas que l’écosystème local.”

Amon MURWIRA, Ministre de l’Enseignement Supérieur et Tertiaire – Zimbabwe

La transformation de Tel-One Center for Learning est engagée depuis 2019 au Zimbabwe. D’une capacité d’accueil de 6600 étudiants, l’université de la cybersécurité va former de jeunes zimbabwéens à faire appliquer la loi sur la protection des données personnelles, proposée au Parlement en mai 2021. Objectif de cette démarche, la protection des infrastructures numériques et la défense de la sécurité nationale et économique

“L’éducation doit se mettre au service de la Nation, donc nous devons innover. Dans ce sens, nous nous sommes déjà lancés dans la création d’applications révolutionnaires.”

Amon MURWIRA, Ministre de l’Enseignement Supérieur et Tertiaire – Zimbabwe

Le Zimbabwe a perdu plus de 40 millions de dollars américains en 2018 à cause de la cybercriminalité au cours des quatre premiers mois de l’année et plus. 4 000 chefs d’accusation liés à la cybercriminalité ont été traités par la police au cours de la période.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com