Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

77ème assemblée de l’ONU : les chefs d’Etat africains exigent la présence du continent aux instances de décision des Nations Unies

Étant donné que le continent contribue pour moitié à l’accroissement de la main-d’œuvre mondiale et représentera un quart de la population mondiale au cours des prochaines décennies, la faible représentation de l’Afrique dans les instances de décision de l’Organisation des Nations unies, à l’instar du Conseil de sécurité, a été à nouveau décriée par les chefs d’État africains au cours du débat général de la 77e assemblée générale de l’ONU. 

Réformer le Conseil de sécurité des Nations Unies pour une meilleure efficacité est l’un des points phares des discours des présidents à la 77ème assemblée générale de l’Onu qui s’est tenue du 20 au 26 septembre 2022 à New York. Pour le président du Sénégal et président en exercice de l’Union Africaine, Macky Sall, l’ONU gagnerait à élargir ses membres permanents en intégrant les pays africains pour mieux consolider la paix et la sécurité.

“Près de quatre-vingts ans après la naissance du système des Nations Unies et des Institutions de Bretton Woods, il est temps d’instaurer une gouvernance mondiale plus juste, plus inclusive et plus adaptée aux réalités de notre temps. Il est temps de vaincre les réticences et déconstruire les narratifs qui persistent à confiner l’Afrique à la marge des cercles décisionnels.” 

Macky Sall, Président en exercice de l’Union AfricaineSénégal

Le Conseil de sécurité de l’Onu est responsable du maintien de la paix et de la sécurité internationales. Il est composé de 15 membres dont cinq permanents: Chine, Etats-Unis, Russie, France et Royaume Uni. Dans sa prise de parole à l’assemblée générale de l’ONU le 21 septembre, le roi d’Eswatini a affirmé la nécessité pour l’Afrique d’être le premier acteur de son émergence ce qui serait le cas en intégrant le Conseil de sécurité des Nations unies.

“L’Eswatini est fermement convaincue que l’Afrique doit avoir une représentation permanente au Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU); un appel lancé dans le consensus d’Ezulwini en 2005.Notre position découle du fait que toute démocratie a son caractère exceptionnel et que les sociétés sont fondées selon des normes et des valeurs culturelles différentes. Nous ne nous lasserons pas l’examen et l’adoption tardive de cet appel par l’onu à apporter les perspectives sur la politique africaine.”

Mswati III Roi , Eswatini

L’ONU a démontré qu’elle peut être forte quand ses États membres ont la volonté de mener à bien les objectifs communs. Cependant comme l’indique le Président nigérian Muhammadu Buhari les différentes crises qui ont déstabilisé la paix dans certains pays africains justifient aussi l’appel à la réforme du Conseil de sécurité de l’Onu. 

“Je reste fermement convaincu que les défis qui se sont présentés avec tant d’acuité, l’accent mis ces dernières années et ces derniers mois sur l’appel lancé par le Nigeria et de nombreux autres États-membres pour la réforme du Conseil de sécurité et des autres agences de l’ONU doivent être pris en compte. Nous avons besoin de structures plus efficaces et représentatives pour répondre aux exigences qui ont depuis dépassé un système conçu pour le monde très différent qui prévalait lors de sa fondation en 1945. Le changement est attendu depuis longtemps.” 

Muhammadu Buhari, Président de la RépubliqueNigéria

L’Afrique est historiquement le théâtre des opérations de maintien de la paix des Nations unies. Aujourd’hui, le continent réclame un multilatéralisme ouvert et respectueux des différences car comme l’indique le président Macky Sall “c’est en collaborant dans le respect des différences que nous redonnerons force et vitalité à la raison d’être des Nations Unies”. Alors, à quand l’intégration des Africains au sein du Conseil de sécurité?

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com