Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : 500 millions USD à Collecter pour l’industrie pharmaceutique sur le continent

Les actions menées par l’Union Africaine face au Covid-19 et les innovations envisagées à la suite de cette pandémie ont fait l’objet de l’intervention de Cessouma Minata Samate, Commissaire Santé, Affaires humanitaires et Développement social de l’UA qui a pris part il ya quelques jours à la 72e Session Du Comité Régional de l’OMS Pour l’Afrique.

Face à la pandémie du Covid 19, L’Union Africaine ne s’est pas détournée de son objectif majeur à relever les défis énoncés dans l’agenda 2063. Innovation, adaptation, technologie ont permis à l’organisation d’opposer une riposte efficace alors que des prévisions de l’OMS annonçaient le pire pour l’Afrique. Le Centre africain du contrôle et de prévention des Maladies  a eu l’occasion d’effectuer un monitoring permanent pour contenir la menace tout en créant une véritable chaîne de solidarité autour de cette cause. Au cours de la 72e Session du Comité régional de l’OMS Pour l’Afrique, Cessouma Minata Samate, Commissaire Santé, Affaires humanitaires et Développement social de l’Union Africaine est revenue sur les grands axes de la mobilisation de l’organisation durant cette crise.

L’Union africaine n’est pas restée silencieuse, il y a eu des réunions au sommet, c’est le président de l’Afrique du Sud qui a fait un excellent travail pour que nous sortions de cette difficulté. Et à travers les Centres Africains de Contrôle des Maladies, Africa CDC, avec le soutien de partenaires comme la CEEA, Afriximbank, nous avons pu lancer une plateforme d’approvisionnement en médicaments qui nous a permis d’accéder à une base africaine et mondiale de fabricants agréés. 

Cessouma Minata Samate, Commissaire Santé, Affaires humanitaires et Développement social de l’UA

La pandémie  du covid 19 a mis l’emphase sur les insuffisances du système sanitaire africain  dépendante de l’extérieure, l’inégalité d’accès au vaccin à côté des régions plus favorisées dans le cadre de l’initiative covax,  aura été la faille la plus saisissante. À la fin 2021, moins de 8% de la population africaine avait eu droit à un premier vaccin. La mobilisation n’aura heureusement pas tardé pour régler cette faille, à côté de l’Agence africaine du médicament, projet porté par l’union africaine qui devrait dans un futur proche produire et distribuer les médicaments, et vaccins sur le continent, de nombreux pays sur le continent ont initié des projets similaires.

Nous avons établi des partenariats pour la fabrication de vaccins et pour permettre à l’industrie manufacturière africaine de se développer, de produire et de nous fournir des doses. À cet égard, je salue l’Afrique du Sud, qui a été l’un des pionniers de la fabrication de vaccins. Aujourd’hui, il y a d’autres pays qui produisent des vaccins sur le continent. Nous avons 4 à 5 pays, voire 10, qui veulent le faire : Le Sénégal, le Rwanda, et nous nous en félicitons.

Cessouma Minata Samate Commissaire Santé, Affaires humanitaires et Développement social de l’UA

Avec 1 milliard 400 millions d’habitants, le continent africain devrait réduire sa dépendance de l’extérieur en matière de médicaments. Pour ce faire l’Union Africaine encourage, la mobilisation financière sans laquelle aucune initiative n’aboutirait. à Ce titre l’Union Africaine qui a mis en place un fonds devant collecter 500 millions de dollars pour soutenir l’industrie pharmaceutique, plaide pour une mobilisations tous azimuts

Nous nous sommes engagés à travailler avec nos partenaires tels que la Banque mondiale, le Fonds de développement pharmaceutique et surtout nous nous sommes engagés à créer un fonds qui vise à collecter 500 millions USD pour soutenir nos fabricants et nous sommes actuellement à 200 millions USD déjà collectés et nous continuons le travail.

Cessouma Minata Samate, Commissaire Santé, Affaires humanitaires et Développement social de l’UA

Innovation, inclusion, intégration, réglementation, harmonisation, Tels sont les défis à relever par l’Afrique qui est désormais tenue de construire une architecture durable de gestions de grandes pandémies, et autres  situations d’urgence et menaces émergentes avec au moins 80% de ses moyens propres. Les perspectives dans ce sens sont de l’Avis de l’union africaine plus qu’ intéressantes, d’autant plus que l’harmonisation du marché africain impulse avec la ZLECAF, démultiplie les opportunités d’échanges.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com