Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : 70% des femmes exposées aux effets néfastes des changements climatiques

Selon des observateurs avertis, de nombreuses femmes africaines sont exposées à des conditions climatiques extrêmes, telles que la sécheresse et les inondations. Cette situation conduit la plupart d’entre elles à se concentrer sur la formation et l’éducation, le développement de compétences ou la génération de revenus.

Alors que de nombreuses alertes sont lancées dans le monde entier pour valoriser les femmes, celles-ci sont encore confrontées à de nombreux défis, tant naturels que sociaux. Selon les Nations unies, sur 1,3 milliard de personnes vivant dans la pauvreté, 70 % sont des femmes. Dans les zones urbaines, 40% des ménages les plus pauvres sont dirigés par des femmes, alors que les femmes jouent un rôle clé dans la production alimentaire mondiale.

« Aujourd’hui parler pour pouvoir lutter contre le changement climatique est important parce qu’aujourd’hui nous savons que quand on parle de changement climatique, les femmes sont plus vulnérables, les enfants aussi et nous savons aussi que les femmes participent à la lutte contre le changement climatique dans le secteur de la pêche par exemple, l’exemple de la petite côte les femmes vivant dans les îles Sahelo sont plus vulnérables au changement climatique.

Maimouna Diouf Seck, Spécialiste en genre-Energie-ClimatSénégal

Pour l’Union africaine, ces conditions de vie précaires des femmes sont le plus souvent causées par des conditions climatiques extrêmes, telles que des périodes de sécheresse et d’inondation, qui réduisent le temps dont elles disposent pour travailler afin d’assurer leur subsistance. Ce qui, selon l’institution, leur laisse moins de temps à consacrer à l’éducation et à l’obtention d’un revenu à long terme.

« Si nous considérons le milieu rural, ce sont des personnes qui vivent beaucoup plus des ressources naturelles, mais il faut souligner que la plupart de ces femmes sont souvent aidées par leurs filles et donc nous sommes confrontés à un autre problème, celui de la descolarisation de la jeune fille.

FATOU FALL, Militante des droits des femmes – Sénégal

Selon les observateurs, de nombreuses sociétés africaines sont gouvernées de telle manière que les responsabilités attribuées aux femmes ne leur permettent pas vraiment de migrer, de se réfugier dans d’autres lieux ou de chercher un emploi lorsqu’une catastrophe se produit. En outre, cette situation de vulnérabilité causée par le changement climatique soumet certaines femmes africaines, notamment celles des zones rurales, à des intimidations sexuelles et à des mariages forcés.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com