Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : des dirigeants proposent un plan de riposte a la double crise alimentaire et énergétique

Les marchés mondiaux de l’alimentation et de l’énergie ont été durement frappés au premier semestre de 2022 . Ceci, en raison de la crise du covid 19 et du conflit en Ukraine. Ces chocs se sont cruellement fait ressentir en Afrique. A l’occasion de l’Assemblée annuelle du Fonds monétaire international FMI et du Groupe de la Banque mondiale qui se tient du 10 au 16 octobre 2022, les dirigeants et experts africains ont préconisé des ripostes à court, long et moyen terme pour arriver à surmonter les chocs de cette double crise.

Afin de faire face à la double crise alimentaire et énergétique qui frappe actuellement le monde et parvenir à une résilience, le continent africain doit davantage travailler sur des projets énergétiques et alimentaires novateurs. Les différentes crises ont plongé près de 50 millions de personnes supplémentaires dans une insécurité alimentaire aiguë à travers l’Afrique subsaharienne en 2022 note t-on auprès de la Banque mondiale.

“ On n’avait pas prévu qu’il y aurait cette guerre et puis il s’est agi d’accroître les cultures de blé. Sur ce, on a donné des incitations aux agriculteurs pour qu’ils aient juste leur production. ça a été recommandé à de nombreux pays. Pour nous, il s’agit d’augmenter la capacité de stockage et puis nous doter de filet de sécurité pour produire davantage de denrées alimentaires. Le blé n’est pas seulement en cause. L’impact de l’inflation a été assez considérable sur les coûts de denrées alimentaires. Voilà pourquoi des politiques ciblées ont été arrêtées. »

Rania Al-MASHAT, ministre de la Coopération Internationale 
Égypte

La crise du Covid 19 et la guerre en Ukraine ont montré à quel point la chaîne d’approvisionnement mondial en carburant pouvait être vulnérable. Ainsi, les pays africains devraient œuvrer à accroître l’offre et proposer des prix équitables afin de renforcer la résilience du secteur face à l’augmentation des risques de catastrophes.

“ La seule réponse c’est la résilience et pour cela il faut une démarche à plusieurs niveaux. Dès que les coûts baisseront , une attitude différente viendra de l’OPEP. Puis, il faut renforcer les capacités pour permettre de reconfigurer notre production de produits énergétiques et relever le défi de l’énergie.”

Seedy KEITA, ministre des Finances et des Affaires économiques
Gambie

La montée des cours des produits alimentaires et des hydrocarbures reste la question qui préoccupe actuellement tous les pays, notamment ceux africains. A cet effet, la proposition de ressources financières supplémentaires, une aide humanitaire et la mise en place de programmes de protection sociale sont les trois défis clés pour l’avenir dans le cadre de la sécurité alimentaire et énergétique sur le continent africain selon le FMI et la Banque mondiale.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com