Afrique : d’ici 2030, le continent pourrait perdre les deux tiers de ses terres arables

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture a récemment estimé que d’ici 2030, l’Afrique aura perdu les deux tiers de ses terres arables si la progression de la désertification n’était pas arrêtée à temps. Selon les experts africains, l’expérience de la Chine en matière de reboisement et de lutte contre la désertification est une source d’inspiration pour l’Afrique, qui doit freiner l’expansion alarmante du désert du Sahara. 

Comment restaurer les terres dégradées ? Quelles pratiques agricoles pour arrêter l’érosion et rendre les sols à nouveau fertiles ? Comment mieux gérer l’eau ? Telles sont les thèmes qui ont sous-tendu la COP de 2017, organisée à Ordos en Chine. Des problématiques prégnantes dans ce pays au milliard d’habitants, qui a pu faire de remarquables progrès pour en sortir. Un contexte chinois, dont les difficultés s’apparentent à celles de l’Afrique, qui veut donc s’en inspirer

Des préalables doivent cependant être observés, pour espérer faire fleurir ce modèle. Les statistiques spectaculaires de la Chine, sont en réalité conditionnées par des engagements de l’Etat, à considérer ce problème comme une contrainte majeure, assortie d’un cadre légal fort, et l’implication effective des populations.

L’Afrique s’est organisée à travers une initiative africaine, pour contribuer à 100 millions d’hectares pour restaurer les paysages et les terres dégradées d’ici 2030. Une cadence qui pourrait être accélérée, si les stratégies utilisées ici, sont combinées au modèle chinois.

NewsExpress

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com