Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : le continent veut renforcer ses systèmes agroalimentaires pour lutter contre la famine

Au vu de la traîne observée sur le continent en matière de suffisance alimentaire, les dirigeants veulent parvenir à inverser la tendance en Construisant la résilience nutritionnelle, accélérer le développement du capital humain, social et économique. La problématique a été abordée lors des derniers travaux de la commission de l’Union Africaine.

L’insécurité alimentaire en Afrique reste un problème majeur pour l’ensemble des pays du continent. A l’effet combiné des changements climatiques, du phénomène des criquets pèlerins et des chenilles légionnaires, est venu se greffer la pandémie de Covid-19, grossissant les rangs des 240 000 millions de personnes qui souffrent de la faim, dans la seule région Afrique orientale par exemple. Une situation qui interpelle l’Union Africaine.

“Les chefs d’Etats ont décidé de réfléchir avec nos partenaires aussi sur cette problématique et en fin d’année, faire le point. Nous avons des documents, des instruments juridiques qu’il faut mettre en œuvre, et nous aurons trois départements et l’ensemble de la commission va réfléchir sur cette commission.”

Cessouma Minata SAMATE, Commissaire à la santé à l’Union Africaine

Dans certains pays, plus de 70 % de la population connaît des problèmes d’accès à la nourriture. Une population essentiellement constituée de jeunes, plus que jamais résolue à s’adonner à l’agriculture. Seulement quelques pesanteurs illustrées par un accès difficile à la terre, doublé d’un manque de financement plombe leur élan.

“Nous voulons la contribution de l’ensemble des Etats, et nous allons travailler avec les Etats membres. Je mettrai l’accent sur les jeunes, parce qu’il y a des jeunes qui veulent bien s’investir dans l’agriculture pour atteindre cette autosuffisance alimentaire, et qui n’y arrivent pas. Il y a beaucoup de problèmes. Et lorsque je regarde au niveau de nos Etats membres, il y a dans la plupart des pays des zones excédentaires et des zones déficitaires, et malheureusement, on n’ a pas des infrastructures pour transporter la nourriture.”

Cessouma Minata SAMATE, Commissaire à la santé à l’Union Africaine

Face aux aléas qui entretiennent l’insécurité alimentaire sur le continent, il faut s’adapter. Le Mozambique, par exemple, accueille un projet pilote mondial portant sur de nouvelles semences de haricots tolérantes à la chaleur, tandis qu’en Éthiopie, des agriculteurs ont vu leurs rendements croître de 40 %, après le développement de variétés de blé résistantes à la rouille, une maladie favorisée par une élévation des températures et des précipitations irrégulières.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com