Cameroun : Greenpeace appelle à plus d’efforts dans la lutte contre les emballages plastiques

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Emballage plastique non-biodégradable, Greenpeace active la sonnette d’alarme. L’organisation non-gouvernementale plaide pour l’interdiction stricte du plastique non-biodégradable au Cameroun. En 2012, le pays a pris des mesures fermes pour enrayer l’utilisation de ces matières de moins de 60 microns. Mais depuis lors, la mesure peine à être observée sur le terrain, Greenpeace appelle à plus d’efforts.

Un peu plus de 42 tonnes de plastique non-biodégradable, saisies par les autorités camerounaises à Garoua, dans la région du Nord. Chez Greenpeace, la mesure est salutaire, et les autorités devraient doubler d’ardeur pour l’abolition du plastique.

En 2012, le Cameroun a rendu publique une décision portant interdiction de l’utilisation des emballages plastiques non-biodégradables, de moins de 60 microns. Dans les marchés et les ménages, ceux-ci sont toujours autant visibles. Tout au contraire, la filière semble bien se porter, le prix des emballages ayant au moins été multiplié par deux.

Pour certains environnementalistes, l’arrêté du 24 octobre 2012 portant réglementation de la fabrication, de l’importation et de la commercialisation des emballages non-biodégradables, demeure faible parce que les sanctions ne sont pas suffisamment coercitives. La seule sanction étant la saisie et la destruction des emballages non-biodégradables, aux frais du promoteur.

NewsExpress

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com