Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Cameroun : les personnes handicapées dispensées de limite d’âge aux concours et à l’intégration

Au Cameroun, un arrêté signé par le Premier ministre chef du gouvernement le 19 mai accorde la dispense d’âge aux personnes handicapées lors des concours administratifs et des recrutements dans la fonction publique de l’Etat. Le texte leur permet dorénavant d’avoir accès à des opportunités d’emploi dans la fonction publique au-delà des plafonds généralement fixés. Une mesure saluée par les bénéficiaires. Retour sur la portée de cette mesure dans cet élément.

Pour un concours administratif dont les candidats ne peuvent excéder 30 ans, les personnes handicapées auront le droit de concourir même si elles sont âgées de plus de cinq ans maximum selon les dispositions d’un arrêté du Premier ministre signé le 19 mai 2022. Le texte vise à faciliter l’insertion de ces personnes souvent lésées lors des opportunités d’accès à l’emploi dans les services publics, une mesure saluée par les bénéficiaires.

“C’est avec un intérêt particulier que nous avons accueilli cet arrêté qui vient enrichir le corpus des textes mis en place pour l’épanouissement de la personne handicapée, surtout compléter l’article 13 du décret d’application de la loi de 2010 qui prévoyait cette disposition réglementaire afin de permettre aux personnes handicapées de bénéficier de cet octroi de dispense d’âge”.

Théophile KEMMEGNE
Président de l’Association des handicapés diplômés de l’enseignement supérieur

L’arrêté survient peu après la ratification par le Cameroun, en décembre 2021, de la Convention des Nations unies sur les droits des personnes handicapées, texte adopté par la communauté internationale en décembre 2006. Si les bénéficiaires s’en félicitent, ils estiment cependant qu’il existe encore des défis et qu’il faudrait des quotas lors des concours et recrutements.

“Comme il est dit dans le décret d’application de la loi de 2010, quand on dit à compétences égale priorité à la personne handicapée, nous n’observons pas généralement dans les concours affichés le résultat général pour qu’on sache les moyennes des concurrents. Comment est-ce qu’un concurrent handicapé peut prouver qu’il a été au même niveau que le concurrent non handicapé ? D’abord cette question de quotas, cette question de constats pour pouvoir permettre à chaque recrutement, à chaque concours administratif, de relever la présence, afin qu’il y ait une visibilité et une lisibilité sur cette problématique d’accès à l’emploi des personnes handicapées”.

Théophile KEMMEGNE
Président de l’Association des handicapés diplômés de l’enseignement supérieur

Président de l’Association des handicapés diplômés de l’enseignement supérieur
Un nouveau plaidoyer donc pour ces personnes, qui estiment qu’il ne s’agit pas de charité, mais de justice sociale et de droits auxquels les gestionnaires publics doivent être sensibilisés afin de faciliter leur mise en œuvre.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com