Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Le financement des dégâts climatiques en Afrique, officiellement inscrit à l’ordre du jour de la Cop 27

Près de 200 pays sont réunis en Egypte, à Charm-el-Cheikh depuis ce 6 novembre, pour relancer le processus de réduction des émissions à effets de serre au moment où les experts, notamment ceux du GIEC, multiplient les mises en garde contre le caractère quasi-inéluctable du réchauffement climatique. Les populations de part le monde sont frappées par la multiplication des événements climatiques ou catastrophes naturelles, comme les inondations, sécheresses et incendies. Un fait majeur marque la COP27, c’est  le financement des dégâts climatiques dans les pays du Sud. Il est pour la première fois, inscrit dans l’agenda de la Conférence.

Pour la première fois, le financement des dégâts climatiques dans les pays du Sud a été mis officiellement à l’agenda de la Conférence des parties au climat des Nations unies. Face à la multiplication des désastres liés au réchauffement, les pays pauvres et vulnérables, particulièrement exposés, réclamaient depuis longtemps que la question du financement des pertes et dommages qu’ils subissent soit abordée à la COP. Ce 6 novembre, les pays se sont entendus pour mettre, pour la première fois, ce sujet qui a presque divisé le nord et le sud au menu des négociations. Il sera donc débattu officiellement au cours des deux semaines de conférence

Je me félicite tout particulièrement de l’accord obtenu entre les parties visant à inclure un nouveau point à l’ordre du jour concernant le financement des questions liées aux pertes et aux préjudices. Ceci pour la première fois offre un espace de discussion officiel à l’ordre du jour de la COP et de l’accord de paris concernant les problèmes de financement en matière de pertes et préjudices.

Sameh Shoukry, Président de la Cop 27 Egypte

Vagues de chaleur extrême en Chine et en Europe, inondations meurtrières au Pakistan, pluies torrentielles à Madagascar, sécheresse persistante en Afrique de l’Est… Les manifestations et les répercussions du changement climatique sont de plus en plus spectaculaires, au point de leur valoir le vocable de ‘’ véritable chronique du chaos climatique’’ par le SG de l’Onu. Lors de sa prise de parole à l’ouverture de la COP 27, il faut faire de la Cop 27 un succès. Ouvrir à travers elle, un nouvel air

Charm el-Cheikh va nous permettre de passer à la phase de mise en œuvre. C’est le signal que les temps ont changé. En tant que secrétaire exécutif de cette convention j’ai l’honneur d’être ici devant une salle pleine de personnes  qui sont véritablement dévouées pour relever ce défi; le plus grand défi de l’humanité.

Simon Stiell, Secrétaire exécutive de la convention-cadre de l’ONU sur le climat

C’est une nouvelle alerte saisissante pour le monde alors que vient de s’ouvrir la grand-messe internationale sur le climat. La température moyenne mondiale, cette année, devrait être supérieure d’environ 1,15 °C à celle de la période préindustrielle, dopée par des concentrations de gaz à effet de serre qui ont battu de nouveaux records. Ces projections, les premières pour 2022, ont été publiées ce 06 novembre par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) dans son rapport sur l’état du climat dans le monde.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com