Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Le Tchad nationalise ses avenues à travers l’initiative « 𝐍’𝐃𝐣𝐚𝐦𝐞𝐧𝐚 𝐯𝐢𝐥𝐥𝐞 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐩𝐚𝐢𝐱 ».

Au Tchad les autorités veulent perpétuer la mémoire des tchadiens qui ont marqué l’histoire du pays en baptisant les rues et les avenus de la capitale à leurs noms. Une initiative de la Mairie de N’Djamena pour renforcer la cohabitation pacifique à travers l’histoire de ces grands hommes qui ont contribué à la pacification du pays en ses heures sombres. Un geste qui intervient à l’approche du dialogue national inclusif que la ville de N’Djamena va abriter dans les mois à venir. 

Au Tchad, dans le cadre de l’initiative « N’Djamena ville de paix », les rues et les avenus de la capitale ont été baptisés aux noms des personnalités qui ont marqué l’histoire du pays. Ces tchadiens issus de différentes provinces sont honorés à titre posthume par la Mairie de N’Djamena pour leur contribution à la  cohabitation pacifique dans cette ville cosmopolite. L’objectif est d’honorer la mémoire de ces héros de la paix pour renforcer la cohésion sociale.

« Nous avons promis de baptiser les rues de N’Djamena aux noms des personnalités qui ont marqué l’histoire de notre pays afin de perpétuer leurs mémoires. Des personnalités qui ont servi toute leur vie la république du Tchad et nous avons tenu à respecter nos engagements. Vous êtes témoins de la mobilisation des ndjamenois pour célébrer cette initiative et j’en suis fier. »  

ALI HAROUN, Maire de la Ville de N’Djamena

Parmi les personnalités honorées à titre posthume, figure l’ancien président LOL MAHAMAT Choua qui a dirigé la transition pendant quatre mois en 1979 avant démissionner pour éviter la guerre civile à N’Djamena. Il a continué à œuvrer pour la réconciliation nationale jusqu’à son décès en septembre 2019. Une attitude pacifiste qui lui a valu une reconnaissance nationale comme un sage épris de paix.

« LOL Mahamat Choua un dignitaire qui a tout donné à son pays. Il fut Président de la République en 1979. Il fut également président du Conseil de la Transition à une période tumultueuse de notre pays et il fut aussi maire de la ville de N’Djamena. Le peuple tchadien lui est reconnaissant et paix à son âme. »

BRAHIM LOL MAHAMAT CHOUA, Habitant de la ville de N’Djamena

Pour rappel, cette initiative de la commune de N’Djamena s’inscrit dans le cadre du projet de rapprochement des tchadiens dans un esprit d’apaisement à l’approche du Dialogue nationale inclusif. 

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com