Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Rashid Ali Abdallah, la voix de l’Union Africaine qui milite pour la transition vers une énergie propre

Depuis 2018, Rashid Ali Abdallah est le directeur exécutif de la Commission africaine de l’énergie, organisation spécialisée de l’Union africaine créée en 2001 pour harmoniser le développement des ressources énergétiques pour tous les États membres. Il est engagé depuis plus de 4 ans à aider les pays africains à construire leurs propres systèmes nationaux complets d’information sur l’énergie afin d’assurer la réussite de la transition énergétique du continent.

À 63 ans, Rashid Ali Abdallah accompagne la vision de l’Union africaine visant la transition énergétique en Afrique d’ici 2063. Depuis novembre 2018, l’homme politique tanzanien est le directeur exécutif de la Commission africaine de l’énergie (Afrec), une agence spécialisée de l’Union africaine créée en 2001 et ayant pour vocation de coordonner et d’harmoniser la protection, le développement et l’intégration des ressources énergétiques pour tous les États membres de l’Union africaine.

“Notre mandat est très large. Nous travaillons aux niveaux national, régional et continental pour développer les plateformes de statistiques pour tous les pays africains. Nous essayons également de fournir un soutien technique aux pays membres, en les aidant à établir une feuille de route pour la réussite de leurs transitions énergétiques.”

Rashid Ali Abdallah, Directeur exécutif de la Commission africaine de l’énergie

Avec plus de 18 ans d’expérience dans les domaines de l’énergie, du développement durable et de la politique environnementale, Rashid Ali Abdallah est engagé depuis plus de 4 ans à aider les pays africains à construire leurs propres systèmes nationaux complets d’information sur l’énergie. Pour lui, l’Afrique doit développer toutes les énergies renouvelables disponibles pour réussir sa transition énergétique.

“60% de la population africaine n’a pas accès à l’électricité. Ce chiffre montre que l’Afrique connaît un retard en termes de neutralité carbone. La transition énergétique signifie pour nous, planifier notre futur, un futur dans lequel nous pourrions transformer complètement le secteur énergétique africain.” 

Rashid Ali Abdallah, Directeur exécutif de la Commission africaine de l’énergie

L’Afrique n’est responsable que de 3% des émissions de CO2 dans le monde mais le continent est le plus touché par les effets du changement climatique. Ainsi, 50% de la consommation d’énergie primaire en Afrique est générée par le bois de chauffage et le charbon de bois spécialement pour la cuisine. Des défis que Rashid Ali Abdallah compte relever avant la fin de son mandat.

“Il nous faut vraiment disposer de données précises sur le secteur énergétique afin de pouvoir alimenter la prise de décision dans le secteur. C’est vraiment urgent pour la transition du secteur énergétique africain et pour satisfaire la demande actuelle en énergie qui est en augmentation.”

Rashid Ali Abdallah, Directeur exécutif de la Commission africaine de l’énergie

Sous l’impulsion de Rashid Ali Abdallah, l’AFREC soutient actuellement plus de 11 États membres de l’Union africaine pour établir ou améliorer le système national d’information sur l’énergie. L’agence a lancé également le programme de transition énergétique africaine qui est motivé par le besoin urgent de transformer le secteur énergétique africain en tenant compte de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, des objectifs de développement durable des Nations Unies Agenda 2030 et de l’Accord de Paris.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com