Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Samaila Zubairu, président-directeur général de l’Africa Finance Corporation : « l’idée derrière l’African Finance Corporation est de fournir une infrastructure qui catalysera la croissance industrielle. »

En marge du sommet sur les solutions d’infrastructure de l’Africa Finance Corporation (AFC) qui s’est tenu à Abuja, au Nigeria, nous recevons M. Samaila ZUBAIRU, président-directeur général de l’Africa Finance Corporation. Il nous parlera des questions de développement des infrastructures et d’accès au financement en Afrique, ainsi que le rôle de son institution dans la valorisation de ces domaines.

1-Vous êtes président directeur général de l’Africa Finance Corporation, une institution financière multilatérale et panafricaine de développement créée en 2007. Dites-nous, comment votre institution soutient-elle l’industrialisation en Afrique à travers le développement des infrastructures au moment où le continent s’efforce de renforcer les chaînes de valeur locales, en vue de la création de richesse et de la limitation des importations, réduisant ainsi les vulnérabilités liées à l’endettement?

Cette question est au cœur de ce que représente l’AFC. L’idée derrière l’AFC est de fournir une infrastructure qui catalysera la croissance industrielle. Nous avons vu le lien et c’est pourquoi nous avons l’approche d’investissement dans les écosystèmes, où nous examinons les chaînes de valeur intégrées, c’est-à-dire de la forêt aux produits finis. Nous envisageons également de passer d’une mine à des produits intermédiaires ou primaires pour l’instant, mais nous pensons qu’avec le temps l’Afrique doit augmenter la capture de valeur, afin que nous passions des produits primaires aux produits intermédiaires. Je pense que la meilleure façon de refléter cela est avec un exemple. Nous avons démarré un projet au Gabon à travers notre société appelée Arise Integrated Industrial Platform, jadis connue comme la zone économique spéciale du Gabon. L’idée derrière cette initiative était de voir comment nous pourrions diversifier l’économie des hydrocarbures en nous concentrant sur la foresterie et l’exploitation minière, de manière à augmenter la valeur du produit avant l’exportation. Aujourd’hui, le Gabon est l’un des plus grands exportateurs de placages au monde, le plus grand exportateur de contreplaqué, de bois de suar et actuellement de meubles. Nous avons vu les exportations quadrupler, nous avons vu plus de 40 000 emplois créés, nous avons également constaté des améliorations significatives du rendement du bois. Par exemple, auparavant, le mètre cube de bois coûtait entre 30 et 50 euros, mais il coûte actuellement entre 150 et 180 euros, et dans certains cas jusqu’à 40 000 euros, en raison de la possibilité d’identifier les essences rares de bois qui ne poussent que dans les forêts gabonaises. De plus, il est durable et a également réduit le nombre de voyages océaniques. Quand on transporte des grumes de bois, il faut plusieurs voyages mais quand on procède à la transformation, on réduit la quantité, et puis on a moins de voyages. Rappelons que les voyages en mer sont l’un des plus gros émetteurs au monde après la Chine, les États-Unis d’Amérique, l’Inde, la Russie et le Japon. Cette approche permet non seulement de créer des emplois en Afrique, mais elle fournit également des moyens pratiques de réduire les émissions de carbone.

2- Quels progrès majeurs ont été réalisés depuis le dernier sommet sur les solutions d’infrastructure de l’Africa Finance Corporation en 2017?

D’énormes progrès. La dernière fois que nous avons organisé un sommet sur les solutions d’infrastructure, c’était en 2017, à l’occasion de notre dixième anniversaire. À cette époque, nous étions une institution au bilan de quatre milliards de dollars. Aujourd’hui, nous sommes à 8,9 milliards de dollars, nous avons déployé plus de 10 milliards de dollars et à cette époque, nous étions juste à environ 16 à 17 pays membres mais aujourd’hui, nous sommes à 34 pays membres. Nous avons investi dans 34 États membres, émis plusieurs euro-obligations, diversifié nos sources de financement, amélioré notre rendement, et bien plus. Cela est dû à notre approche de vouloir apprendre, au fur et à mesure que nous grandissons. Notre modèle commercial clé est de savoir comment nous pouvons fournir des solutions, et au fur et à mesure que nous apportons des solutions, nous en apprenons et essayons d’améliorer notre stratégie. Aussi, notre équipe a continué à affiner son orientation, ses compétences et sa capacité à livrer.

3-La mission de l’AFC est d’aider à aborder la question du développement des infrastructures en Afrique et de fournir des solutions pragmatiques à l’environnement opérationnel difficile. Pouvez-vous nous parler de certains projets qui sont en cours au sein de votre institution visant à combler le déficit d’infrastructures de l’Afrique et renforcer la capacité du continent à financer sa croissance?

Nous avons financé de nombreux projets énergétiques. L’un de nos premiers projets a été le parc éolien du Cap-Vert qui fournit 20% des besoins énergétiques de l’île. Nous avons créé le premier producteur d’électricité indépendant au Ghana avec une capacité de plus de 300 mégawatts. Nous créons également le premier producteur d’électricité indépendant à Djibouti avec une capacité d’environ 60 mégawatts, un parc éolien et un barrage hydroélectrique en Côte d’Ivoire qui permettront de réduire les tarifs électriques dans le pays. Nous construisons également une centrale électrique au gaz au Sénégal, qui réduira considérablement les émissions de carbone car elle remplacera l’électricité des centrales électriques au charbon. Elle va réduire le tarif électrique dans le pays, en raison de la qualité du carburant produit. Par ailleurs, le Sénégal a récemment découvert du pétrole. La centrale électrique va donc utiliser le gaz naturel du Sénégal. Cela va à nouveau sécuriser les voyages océaniques consistant à amener du charbon ou du fioul lourd au Sénégal pour l’énergie. Voilà certains de nos projets en termes d’énergie. En termes de ports et de logistiques, j’ai évoqué notre zone économique spéciale du Gabon où nous avons commencé par construire trois ports dont un port de marchandises générales, un port à conteneurs et un port minier. Tous ces ports facilitent les exportations. Sur la base de cela, nous avons créé ce que nous appelons Arise ports and logistics platform. Cette plate-forme s’est étendue en Mauritanie où nous venons également d’achever un port. Nous envisageons également un port à Takoradi au Ghana, et plusieurs projets de pipelines portuaires au Nigeria. Nous avons également un port en construction en Côte d’Ivoire. Nous avons donc un bon nombre de projets portuaires qui visent à améliorer les infrastructures. Nous avons également beaucoup investi dans les télécoms et la technologie, et nous continuons à trouver des opportunités dans ces domaines. Cet espace particulier est très important pour nous car nous croyons vraiment que la technologie est l’un des domaines où l’Afrique peut être compétitive. Nous essayons de voir comment nous pouvons construire des pôles techniques qui faciliteront l’innovation et l’investissement dans la technologie afin que nous puissions conserver plus de valeur sur le continent grâce à la technologie. Aujourd’hui, nous avons beaucoup d’Africains du Nigeria, d’Égypte, d’Afrique du Sud et du Kenya qui sont dans l’espace technologique et ils ont des entreprises ou des investisseurs partout dans le monde, en particulier aux États-Unis. Ce que nous voulons faire, c’est créer un environnement leur permettant d’opérer à partir d’ici, en servant le monde.

4-Les infrastructures sont essentielles au développement d’un pays. En Afrique, ces dernières années, on observe la volonté des gouvernements de construire des routes, des écoles, des hôpitaux, des usines et bien d’autres pour accompagner la croissance de leurs pays respectifs, mais la question du financement est un revers majeur. Comment aborder la question de l’accès au financement et quelles stratégies de financement proposez-vous pour aider l’Afrique à répondre à ses besoins en infrastructures?

Si vous vous souvenez, lors de la conférence, nous avons mentionné que le flux de capitaux privés n’est pas au niveau que nous voulons qu’il soit et il y a plusieurs raisons à cela. Ce sur quoi nous nous concentrons, c’est comment nous pouvons catalyser davantage de flux du secteur privé pour investir dans les infrastructures. Notre ferme conviction est que les Africains doivent s’approprier. Nous devons déployer des capitaux africains à cette fin. Nous commencerons par l’examiner sous trois angles: le premier est qu’une grande partie du défi d’attirer des capitaux en Afrique est liée à la perception du risque. Ce risque est déplacé parce que les données suggèrent différemment, mais certaines actions mises en place par les gouvernements indiquent ce fait. L’une des choses que nous encourageons est que les gouvernements honorent leurs contrats et s’assurent qu’ils n’annulent pas les contrats de concession ou n’en modifient pas les termes. Si cela est fait, cela changera considérablement la perception de l’instabilité, de l’État de droit et de la stabilité des contrats en Afrique. Ce sera un grand pas et si nous pouvons y parvenir, ce sera un bon début. La deuxième chose est que nous devons permettre aux institutions africaines de prendre l’initiative. Une fois que vous avez des institutions africaines qui ouvrent la voie comme nous l’avons fait à l’AFC, elles peuvent mobiliser des capitaux mondiaux pour soutenir ce qu’elles font. Il y a certains pools de capitaux en Afrique qui ne fonctionnent pas normalement sur le continent. Par exemple, nous avons des fonds de pension importants, nous avons des fonds d’assurance importants et nous devons trouver des moyens de mobiliser ces fonds au profit de l’Afrique, en particulier parce que ces fonds sont censés rechercher des actifs à long terme pour correspondre aux passifs à long terme pour les pensions. C’est une bonne adéquation avec les infrastructures et les actifs industriels à grande échelle. Nous lançons un fonds d’infrastructure résilient au climat qui fournira des allocations dans des projets qui pourraient investir avec l’AFC et même investir par eux-mêmes plutôt que de rechercher des projets viables. Nous pensons donc que mobiliser des fonds de pension, des capitaux privés et amener les gouvernements africains à soutenir des institutions comme l’AFC est essentiel pour débloquer des financements supplémentaires pour l’AFC. Avec cela en place, nous pourrons tirer parti et obtenir plus de capitaux sur le continent.

5-Vous avez participé au sommet sur les solutions d’infrastructure de l’AFC 2022. Un événement au cours duquel le développement des énergies propres était un thème de référence. Quelle est la stratégie de l’Africa Finance Corporation pour accompagner la transition énergétique de l’Afrique à travers la promotion de l’utilisation des énergies renouvelables?

Très importante question et nous l’examinons sous plusieurs angles. Premièrement: de quoi l’Afrique a-t-elle besoin? Nous avons un énorme déficit énergétique. Notre consommation énergétique par habitant est d’environ 180 kilowattheures, en Europe elle est d’environ 6 000 kilowattheures, en Amérique elle est d’environ 12 à 13 000 kilowattheures. Vous voyez donc que notre intensité énergétique en Afrique est très faible. Ce qui est important pour nous, c’est de savoir comment nous pouvons parvenir à utiliser cette transition énergétique pour également combler notre déficit énergétique. Nous devrions nous concentrer sur les énergies renouvelables dans la mesure du possible. Nous avons beaucoup de ressources éoliennes, solaires et hydrauliques, nous devons les développer. Les ressources hydrauliques en particulier parce qu’elles donnent une charge de base. Nous avons aussi beaucoup de gaz naturel que nous devons également développer et exploiter, afin que nous puissions réduire la dépendance de la plupart des Africains au bois de chauffage, dont le monde a besoin comme puits de carbone. La plupart des Africains utilisent leur énergie pour cuisiner et ils utilisent du bois de chauffage. Ces bois de chauffage épuisent les forêts et ces forêts sont nécessaires pour absorber les émissions de carbone et de gaz à effet de serre. Nous devons donc nous concentrer sur la manière de conserver les forêts et de fournir des alternatives à la majorité des Africains grâce au gaz de pétrole liquéfié et à d’autres moyens qu’ils peuvent utiliser pour cuisiner.

6-En 2021, l’Africa Finance Corporation a franchi la barre des 200 millions de dollars de bénéfices pour la première fois en 15 ans d’existence. Les bénéfices de l’institution ont atteint 209,7 millions de dollars, en hausse de 26,6% par rapport à l’année 2020. Le total des actifs a également augmenté de 16% pour atteindre 8,56 milliards de dollars. Qu’est-ce qui explique cette embellie, malgré les effets de la pandémie de covid 19 et les vents contraires des matières premières qui ont impacté l’environnement opérationnel de l’AFC?

Tout simplement, nous avons une très bonne équipe, nous sommes très concentrés sur l’exécution et nous avons un mandat clair qui est de fournir des solutions au déficit d’infrastructure et à notre environnement opérationnel difficile. Cela signifie que nous regardons toujours à moyen et à long terme. Les projets que nous commençons aujourd’hui ne seraient probablement pas financés avant deux ans et demi ou trois ans. Nous avons un bureau de spécialistes sur le développement de projets et c’est le point central. Cela nous permet d’avoir un pipeline stable. Même s’il y a de la volatilité et de l’instabilité dans le monde avec le Covid 19 et autres, nous avons un pipeline cohérent de projets que nous avons préparés. Nous avons également des projets en cours qui ont été retardés à cause du Covid-19 et du confinement, mais qui se sont poursuivis après. Nous avons aussi perfectionné notre cadre de gestion des risques, notamment la façon dont nous réduisons les risques pour assurer les rendements. C’est donc une combinaison de la bonne équipe que nous avons, de notre approche au développement de projets, de la nature de notre approche à long terme et à moyen terme à l’investissement et de l’attractivité de l’Afrique en tant que destination d’investissement.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com