Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Tchad : 1 500 enfants réfugiés du camp de Gondjé reprennent le chemin de l’école cette année 2023

Au Tchad, plus de 480 000 réfugiés vivent dans une dizaine de camps à travers le pays. La scolarisation de leurs enfants est un véritable enjeu pour l’éducation nationale. La plupart n’ayant pas toujours accès aux écoles à cause de l’insuffisance des infrastructures scolaires à proximité des camps, les enfants réfugiés peinent à se scolariser. Cependant, après l’adoption cette année d’un Programme spécial de la scolarisation et de l’alphabétisation des réfugiés, les enfants ont commencé cette année les cours dans un bâtiment construit avec l’aide de l’Etat et de ses partenaires. 

Déné Beatrice, une jeune réfugiée de 11 ans, habitant le camp de Gondjé, à 42 km de la frontière avec la Centrafrique, nourrit l’ambition d’aller à l’école et de devenir infirmière pour soigner ses proches. Ce rêve pourrait se réaliser avec la construction de cinq nouvelles écoles à proximité du camp par le projet d’appui aux réfugiés et aux communautés d’accueil. Grâce à ces infrastructures, environ 1 500 enfants des camps de réfugiés et des villages environnant de cette zone pourront accéder cette année à l’école.  

«Avant, nous travaillions dans des hangars construits à base de pailles qui ne peuvent pas contenir tous les élèves. Et c’est vraiment difficile parce qu’à chaque rentrée scolaire il faut tout reconstruire et ce qui retarde le démarrage du cours. Dieu merci cette année nous venons de commencer les cours dans des bâtiments.»

MODJI BONKOM BENAME, InstituteurTchad  

Le Tchad accueille plus de 480 000 réfugiés sur son territoire et la scolarisation de leurs enfants et ceux des communautés hôtes devient un véritable enjeu pour l’éducation nationale. L’insuffisance d’infrastructures scolaires à proximité des camps rend difficile la mise en œuvre du programme spécial de scolarisation et d’alphabétisation des réfugiés initié par le gouvernement et ses partenaires.

« Le Tchad est confronté à plusieurs défis relatifs à l’afflux constant des réfugiés venant des pays voisins et à l’insécurité liée aux menaces terroristes qui amenuisent les moyens d’existence des populations. Une situation qui crée un flux important des déplacés internes. La volonté du gouvernement à travers PARCA est de renforcer la présence de l’Etat dans le milieu rural. »

MOUSSA BATRAKI, Ministre de la Prospective économiqueTchad  

Pour rappel, pour renforcer le taux de scolarisation des filles dans les camps de réfugiés et au sein des communautés hôtes, un programme de filets sociaux est mis en œuvre pour soutenir et maintenir les filles à l’école. Environ 10 000 ménages bénéficient de ce programme de protection sociale dans la province de logone orientale. 

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com