Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Tchad : production d’eau souterraine pour les zones arides

Alors que le monde célèbre la Journée mondiale de l’eau mardi 22 mars 2022, sous le thème  » Les eaux souterraines, rendre visible l’invisible « , dans les pays sahéliens comme le Tchad, l’accès à l’eau potable est un véritable défi. Dans certaines localités du pays situées sur la bande sahélienne où la nappe phréatique est moins affluente, la production d’eau souterraine à la pompe est de plus en plus coûteuse pour la population. Une situation qui persiste malgré des investissements colossaux.

Au Tchad, seulement 68% de la population a accès à l’eau potable. Dans certaines localités situées dans la bande sahélienne et saharienne du pays, l’eau se fait de plus en plus rare. Entre 2015 et 2020, le gouvernement a investi environ 200 milliards de francs CFA pour produire des eaux souterraines destinées à la consommation et à l’irrigation. Cependant, la nappe phréatique et la situation géographique de certaines régions ne facilitent pas l’accès à l’eau.

« La nappe phréatique de certaines de nos localités est moins généreuse en eau et la production à la pompe coûte cher. Mais nous n’avons pas d’autre choix que de nous doter d’installations pour la production de cette denrée nécessaire à notre survie. L’accès à l’eau potable évitera à nos concitoyens les maladies hydriques et les épidémies qui coûtent cher à notre économie. 

DJIBRINE MAHAMAT ABDELKERIM , Maire du Premier Arrondissement de N’Djamena – Tchad

Face au changement climatique qui affecte les rendements agricoles, de nombreux agriculteurs pratiquent désormais l’irrigation pour les cultures de contre-saison. Cette pratique nécessite le pompage incessant d’une grande quantité d’eau souterraine et risque d’épuiser les nappes phréatiques, déjà moins abondantes pour la consommation. Une situation qui inquiète les agriculteurs.

“Nous manquons d’eau pour nous et pour nos bétails. Nous avons seulement un seul puits où tous les paysans des villages environnants et leurs bétails viennent s’approvisionner. En période de chaleur comme maintenant, il arrive de fois qu’il n’y ait pas de l’eau pour tout le monde par ici.”

« Nous manquons d’eau pour nous-mêmes et pour notre bétail. Nous n’avons qu’un seul puits où tous les agriculteurs des villages environnants et leur bétail viennent chercher de l’eau. Quand il fait chaud comme maintenant, il y a des moments où il n’y a pas d’eau pour tout le monde ici. »

MAHDI HISSEIN, Paysan  – Tchad

En 2018, les autorités avaient l’ambition de porter le taux d’accès à l’eau potable à 80% sur l’ensemble du territoire avant 2021 grâce à une augmentation de la ligne budgétaire et à l’appui des partenaires au développement. Cependant, la mise en œuvre de ce programme a été perturbée par les crises économiques et financières que traverse le pays. 

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com