Afrique : détérioration des relations diplomatiques entre le Maroc et l’Algérie

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le 6 novembre, le roi du Maroc Mohammed VI a dans un discours déclaré que le Sahara occidental « n’est pas à négocier », un territoire disputé entre le Maroc et les indépendantistes sahraouis soutenus par l’Algérie. Après la rupture diplomatique à l’initiative de l’Algérie et depuis, la tension ne cesse de croître entre les deux pays.

« Aujourd’hui comme par le passé, la Marocanité du Sahara ne sera jamais à l’ordre du jour d’une quelconque tractation, » c’est l’annonce faite par le Roi du Maroc  à l’occasion  du 46e anniversaire de la « Marche Verte » vers le Sahara occidental. Une déclaration qui intervient dans un contexte de tensions entre le Maroc et l’Algérie. 

Le discours du souverain marocain, très attendu, est intervenu au moment où les relations entre les deux frères ennemis du Maghreb sont au plus bas. En août dernier, après des mois de frictions, Alger a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc, l’accusant « d’actions hostiles ». Rabat a regretté une décision « complètement injustifiée. Et depuis d’autres points d’achoppement se sont rajouté à ceux existants.

Les tensions ont pris une nouvelle dimension après la mort de trois chauffeurs de camion algériens dans le Sahara occidental le 1er novembre. L’Algérie accuse l’armée marocaine d’être responsable de ses meurtres. De leur côté, les autorités marocaines n’ont pas réagi officiellement à ces accusations. Le Conseil de sécurité de l’ONU a d’ailleurs  appelé il y a une semaine les parties au conflit à reprendre les négociations. 

NewsExpress

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com