Afrique – COP 26 : le continent réclame plus des pays riches pour son plan d’action climatique

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

La COP 26 s’est ouverte ce 31 octobre à Glasgow en Écosse. Une vingtaine de chefs d’État africains prennent part à cette conférence des Nations unies pour le climat. Nulles doutes qu’au nombre des principales revendications de la délégation africaine, figurera l’aide promise depuis dix ans au continent pour qu’elle s’adapte au changement climatique. Une aide jugée très insuffisante.

Un rendez-vous sous fond de demande de compte pour la vingtaine de chefs d’Etats africain présents à Glasgow. Des comptes sur la promesse des pays riches née de la conférence de Copenhague en 2009, qui se sont engagés à verser 100 milliards USD par an dès 2020, afin d’aider les pays en voie de développement à contrer les affres du changement climatique. 10 ans plus tard, plusieurs irrégularités sont décriées.

L’Afrique n’a reçu que 70% à 80% des 100 milliards USD par an promis pour 2020 par les pays riches. Une enveloppe qui doit lui permettre de s’adapter aux événements météorologiques extrêmes de plus en plus fréquents qu’elle subit, à cause d’un réchauffement climatique qu’elle n’impacte presque pas. Ce montant, par ailleurs largement composé de prêts et non de dons, pourrait n’être atteint qu’en 2023. Une somme jugée largement insuffisante.

L’Afrique entière n’émet du gaz à effet de serre que de 3 à 4%, ce qui ne lui empêche pas de subir plus que d’autres, les effets du changement climatique. Un paradoxe que les chefs d’Etat avaient déjà rappelé à la tribune du « sommet climat » qui s’est tenu le 23 septembre 2019 à New York. Les États africains refusent par ailleurs, de renoncer au développement économique, au profit de la préservation d’un climat.

NewsExpress

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com