Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Cameroun : inauguration d’un monument en hommage à Ruben Um Nyobè, leader de l’UPC

Un monument à la mémoire de Ruben Um Nyobe a été érigé dans la ville de Boumnyebel au Cameroun, le 13 septembre 2022, à l’occasion de la commémoration du 64ème anniversaire de sa disparition. Président de l’Union des populations du Cameroun (UPC) dès 1948, il est l’un des principaux martyrs des luttes pour l’indépendance du pays. En décembre 1952 à l’ONU, Um Nyobe défendit la réunification des parties anglophones et francophones du pays, mises sous tutelle de la France et de la Grande-Bretagne après la Deuxième Guerre mondiale.

Faire le deuil d’un passé colonial douloureux, voire tabou, c’est la symbolique du monument à la mémoire de Ruben Um Nyobe qui trône depuis le 13 septembre 2022 dans la ville de Boumnyebel, bourgade de la région du Centre située à 88 kilomètres de Yaoundé, la capitale du Cameroun. Cette cité est celle dans laquelle le combattant pour l’indépendance camerounaise a été assassiné par l’autorité coloniale française en 1958. Ruben Um Nyobe, célébré en martyr, est porté à la tête du parti de l’Union des populations du Cameroun en 1948.

“De la célébration de l’engagement d’un homme qui a donné le meilleur de lui-même pour être utile à sa Nation. Ce 13 septembre 2022 est mémorable parce qu’il nous ramène dans l’histoire de Um Nyobe.”

Robert Bapooh Lipot, Secrétaire général du parti d’opposition UPC

La France a reconnu pour la première fois sa responsabilité dans des massacres au cours des luttes pour l’indépendance du Cameroun le 3 juillet 2015, lors de la visite de l’ex-président François Hollande. En séjour officiel à Yaoundé du 25 au 27 juillet 2022, le président Emmanuel Macron a assuré de la gestion du contentieux historique entre les deux pays en créant une commission d’historiens qui établiront les responsabilités de ce passé douloureux. À l’occasion du 64ème anniversaire de l’UPC, son parti est prêt à construire une nouvelle relation avec la France,

“Plus important encore dans le contexte que nous avons aujourd’hui, lorsque nous essayons de promouvoir la guerre et la division dans ce pays, parfois, nous oublions que ce pays, nous l’avons obtenu grâce au sacrifice de nos pères fondateurs.”

Robert Bapooh Lipot, Secrétaire général du parti d’opposition UPC

Le combat pour l’indépendance de Ruben Um Nyobe commence avec sa rencontre avec l’instituteur français Gaston Donnat en 1930. Le 17 décembre 1952, il porte l’un de ses principaux credo à la chaire de l’Organisation des Nations unies, la réunification du Cameroun oriental francophone et du Cameroun occidental, anglophone. Un combat remis en question depuis 2017 avec l’apparition d’une crise séparatiste, anglophone dans les régions du Nord-ouest et du sud-ouest du pays.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com